Après le pénis de Saint-Gilles, Bruxelles accueille désormais un anus

Ph. Twitter

Un anus en train de déféquer, c’est la nouvelle fresque qui vient décorer les murs de Bruxelles. Située à proximité du Quai des péniches, elle est apparue dans la nuit de mercredi à jeudi.

Cette fresque vient s’ajouter à la série de peinture pour le moins graphiques qu’on peut trouver un peu partout dans la ville. Si le pénis de St-Gilles a pu être préservé, d’autres illustrations ont eu moins de chance, comme celle d’une pénétration vaginale, apparemment pas au goût de tout le monde. Plus gore, une peinture montrant une décapitation ou encore une présentant un cadavre dépouillé avaient aussi été découvertes.

Une peinture « ni intéressante, ni pertinente »

« Dans les grandes villes, il arrive que des fresques surgissent », explique Karine Lalieux (PS), échevine de la propreté publique et de la culture à Bruxelles. « La ville de Bruxelles ne procédera pas elle-même à l’effacement de cette nouvelle fresque. Le propriétaire de l’immeuble peut lui même le faire et peut également porter plainte auprès du parquet. Il s’agira d’une plainte contre x, étant donné que l’on ne sait toujours pas qui se cache derrière ces nombreuses peintures murales. Aucune enquête n’a d’ailleurs été ouverte à ce sujet. Nous supprimons les fresques ou les graffitis liés à des messages haineux ou violents, mais ce n’est pas le cas ici. Je trouve cependant cette peinture ni intéressante, ni pertinente. »

Dans le même temps, la Ville de Bruxelles continue d’inviter des artistes célèbres afin de créer un parcours d’art de rue.