Le sport au boulot, une combinaison win-win

597
Ph. da-kuk/Istock.com

Trouver le temps de faire du sport après une journée de travail n’est pas toujours une mince affaire. Et si la solution était de combiner la pratique d’une activité sportive durant ses heures de bureau ? Une idée qui pourrait bien être bénéfique tant pour les employés que leur employeur.

« Rajio taiso », ce mot ne vous dit peut-être rien pourtant cette tradition existe depuis près de 90 ans au Japon. Traduit littéralement par « radio gymnastique », il s’agit d’un ensemble d’exercices de trois minutes diffusés chaque jour par la radio et la télévision publique japonaise NHK. Une séance que la société d’informatique Adoc International à Tokyo a décidé d’imposer à ses employés pour démarrer la matinée ou l’après-midi du bon pied. Plusieurs autres sociétés du pays ont d’ailleurs décidé d’instaurer une pause sportive comme c’est le cas chez Fujikura où des barres horizontales ont été installées afin de réaliser des exercices de suspension.
Plus récemment, la Suède a décidé d’aller encore plus loin en rendant le sport obligatoire au travail. Selon une étude publiée par l’Université de Stockholm en 2014, la pratique d’une activité sportive durant les heures de boulot permettait de rester plus en forme et de faire reculer de 22 % le taux d’absentéisme.

Le sport, un atout pour l’entreprise

Le sport est-il en passe de devenir une activité incontournable pour le bien-être des employés ? C’est du moins ce que semble également penser la ministre française du Travail, Muriel Pénicaud, pour qui « ajoutée à des actions de prévention au sein de l’entreprise, l’activité sportive peut être largement complémentaire dans la gestion du stress. Le sport permet d’évacuer les tensions, de prendre du recul et de mieux appréhender les situations conflictuelles », expliquait-elle lors de son interview en janvier dernier au magazine « Sport & Entreprise ».

Il s’agirait également d’un « moteur de cohésion sociale » selon cette dernière, le sport étant considéré comme un élément fédérateur qui permettrait « d’améliorer le climat général de l’entreprise ». Un élément gagnant tant pour les employés que les employeurs qui « induirait des conséquences positives sur le fonctionnement de l’entreprise le turn-over, le nombre et la durée des congés maladie ». Un investissement positif puisqu’il contribuerait non seulement à la santé des salariés mais également aux performances de l’entreprise, rajoute-t-elle.

Des pratiques diverses

Il existe de nombreuses manières d’intégrer le sport dans son entreprise comme le rappelle le site « Sport en entreprise ». Il est ainsi possible de faire appel à l’intervention d’un conférencier, souvent une personnalité du monde du sport, qui vient inculquer les conséquences d’une activité sportive dans la productivité du travailleur.

Si certaines boîtes ont la capacité d’installer des infrastructures en accès libre au sein de leur bâtiment, d’autres peuvent opter pour des méthodes moins coûteuses comme la création d’une association sportive d’entreprise ou encore des événements intra-entreprises, tel qu’un match de football par exemple. Des séminaires d’incentives durant lesquels les employés se retrouvent dans un cadre extérieur face à des défis sportifs peuvent également favoriser la création d’une expérience réutilisable dans leur univers du travail.