Microcrédit, macro-impact

499

Le microcrédit est un outil puissant pour lutter contre l’exclusion. Référence dans le secteur en Belgique, microStart a contribué à la création ou au maintien de plus de  2.000 emplois en sept ans. Créer son entreprise est possible, même pour des chômeurs n’ayant pas accès au financement bancaire classique.

Créée en 2010 par BNP Paribas Fortis et par l’Association pour le Droit à l’Initiative (Adie), avec le soutien du Fonds d’investissement européen, microStart octroie des crédits de 15.000 euros maximum destinés au lancement ou au développement d’une activité économique. L’organisme met un réseau d’experts à la disposition de ses clients et leur propose un accompagnement gratuit, ainsi que des formations.

Moteur de l’emploi

En sept ans, microStart a implanté un réseau national de cinq agences (à Anvers, Bruxelles, Charleroi, Gand et Liège), rencontré plus de 15.000 personnes et accordé des crédits pour plus de 25 millions d’euros. Ceux-ci ont contribué à la création ou au maintien de 2.000 emplois. Chaque entreprise financée par microStart crée 1,6 job, celui du micro-entrepreneur compris. De tous les clients accompagnés par microStart, 84% possèdent toujours leur emploi deux ans plus tard. Le pourcentage de survie des entreprises financées par microStart est de 75%. Parmi ceux qui ont cessé leurs activités, 9% ont trouvé du travail auprès d’un autre employeur et 16% sont au chômage.

Engagement social

Si BNP Paribas Fortis n’est pas seulement actionnaire de référence dans microStart. La banque lui apporte en effet un large soutien via son apport de fonds pour les microcrédits et sa participation au conseil d’administration, mais aussi via une assistance technique et le coaching fournis par de nombreux bénévoles, collaborateurs actifs ou à la retraite.

Pour plus d’infos sur microStart ou pour obtenir un rendez-vous, consultez le site internet www.microstart.be.