« Les statistiques de course des collègues me motivent pour passer à la vitesse supérieure »

Soetkin, Isabelle et Erik

Courir, c’est par définition une chose qu’on fait seul, non ? Pas tout à fait, comme le montre la popularité croissante d’épreuves de course à pied comme l’Antwerp 10 miles auquel de plus en plus d’entreprises participent. Cette année, Metro répond présent avec une équipe de coureurs éclectique composée de sportifs expérimentés et moins expérimentés. Et cela crée pas mal d’engouement au boulot.

Isabelle, 41 ans, Office Manager

« L’Antwerp 10 miles n’est pas ma première compétition, j’ai déjà fait une course de 10 kilomètres pour l’organisation Kom op tegen Kanker. En ce qui me concerne, la distance de 10 kilomètres a toujours été pour moi une sorte de seuil: mentalement, je trouve difficile de courir plus ! Si cette aventure finit bien, alors j’envisage de faire l’année prochaine les 20 kilomètres de Bruxelles. Les préparations se passent plutôt bien, je cours trois fois par semaine autour de l’étang près d’où j’habite. Une fois par semaine, je parcours une longue distance. Les deux autres entraînements sont de 6 à 8 kilomètres environ. Comme ma fille est encore jeune, je m’entraîne surtout le soir. Et avec les collègues nous avons créé un groupe via l’app de course Runtastic. De cette façon, nous nous motivons mutuellement à faire du sport. C’est aussi chouette de savoir comment se passent les préparations des autres.»

Soetkin, 30 ans, Marketeuse

« L’Antwerp 10 miles n’est pas non plus ma première compétition, mais c’est la première fois que je vais courir une aussi longue distance. J’ai déjà pris part à la Lady’s run à Anvers et à la Midwinternachtrun à Gand. Mon enthousiasme pour m’entraîner connaît des hauts et des bas, certains jours sont mieux que d’autres. C’est la raison pour laquelle j’essaie d’alterner: parfois je m’entraîne à la vitesse, parfois à la distance, et parfois les deux. Et je complète les exercices de course avec de la musculation via les vidéos de work-out de Tess van Beurden, que vous pouvez aussi trouver sur notre site. Il arrive de temps en temps le soir que je m’effondre dans mon divan et que je n’aie pas beaucoup envie de m’entraîner, mais quand je regarde les statistiques des autres cela me motive pour quand même enfiler mes chaussures de sport ! Et l’inverse est vrai aussi: quand je partage une séance d’entraînement, je suis toujours encouragée par les autres. C’est hyper motivant !»

Erik, 41 ans, Assistant Distribution

« Bien que je fasse pas mal de jogging depuis plusieurs années, c’est ma première compétition. Généralement, je courais à l’instinct, sans cardiofréquencemètre et sans chronomètre, si bien que je n’avais pas la moindre idée de mes prestations. J’évaluais tout simplement la distance, chaque semaine environ 30 kilomètres, répartis sur trois entraînement. En vue des 10 miles, j’ai testé ma vitesse il y a deux mois. Il est alors apparu que je cours plus vite que ce que je pensais (rire). Pour l’instant, les préparations vont un peu moins bien qu’espéré. Je pense que je me suis trop forcé à courir plus vite, si bien que j’ai surchargé mes muscles. C’est frustrant, car cela bouleverse mon planning. J’espère que le 22 avril ma blessure sera guérie et que nous finirons tous la course. Bien entendu, je jetterai un œil sur les prestations des collègues, mais l’esprit d’équipe est pour moi plus important que la victoire. J’espère donc qu’on s’en souviendra tous avec fierté ! »