Report du lancement du télescope de la Nasa en quête d’exoplanètes

86
Report du lancement du télescope de la Nasa en quête d'exoplanètes

Le groupe américain SpaceX a annoncé lundi le report du lancement d’un nouveau télescope de la Nasa conçu pour rechercher des planètes d’une taille comparable à celle de la Terre et susceptibles d’abriter la vie, afin de vérifier les systèmes de navigation de sa fusée. La prochaine fenêtre de lancement sera mercredi pour le Transiting Exoplanet Survey Satellite (TESS), qui doit être propulsé dans l’espace par une fusée Falcon 9 de SpaceX depuis Cap Canaveral, en Floride.
« Les équipes de lancement renoncent pour aujourd’hui afin de mener des analyses supplémentaires concernant les (systèmes) de navigation et de contrôle », a expliqué le groupe privé SpaceX sur Twitter, environ deux heures avant l’heure prévue du lancement (22H32 GMT).
TESS « est en excellente santé et reste prêt pour le lancement », affirme la Nasa sur son site.
D’un coût de 337 millions de dollars, cet engin de la taille d’une machine à laver aura pour mission de scanner les étoiles les plus proches de la Terre et les plus brillantes à la recherche d’exoplanètes dans leur orbite.
Comme Kepler, premier télescope du genre lancé en 2009 par l’agence spatiale américaine, TESS utilise la méthode des transits qui détecte les planètes quand elles passent devant leur étoile et estompent ainsi momentanément leur lumière.
Selon la Nasa, TESS pourrait découvrir 20.000 exoplanètes, dont une cinquantaine de la taille de la Terre et près de 500 qui seraient deux fois plus grandes que notre planète.
Ses découvertes seront ensuite étudiées par des télescopes terrestres et spatiaux qui chercheront des signes d’habitabilité comme un terrain rocheux, une taille comparable à celle de la Terre et une distance de leur soleil –pas trop proche, pas trop loin– rendant possible une température permettant l’existence d’eau liquide.
La mission Kepler a déjà permis de découvrir 2.300 exoplanètes confirmées par d’autres télescopes.
« TESS est équipé de quatre caméras très sensibles qui seront capables de surveiller quasiment le ciel tout entier », selon George Ricker, chercheur principal sur TESS au Massachusetts Institute of Technology (MIT).

source: Belga