En périphérie, le MR « défensif et constructif » a défini les grands axes de sa campagne

30

Poursuivre la défense des droits des habitants francophones sans exclure un dialogue avec les autorités flamandes pour concrétiser des projets essentiels pour tous les habitants de la périphérie de Bruxelles: tel est l’engagement pris par les mandataires libéraux francophones de la périphérie. Ceux-ci ont fixé lundi leurs balises en vue de la campagne électorale dans les communes de la périphérie. « Le MR se veut défensif mais constructif en périphérie. Sur les droits fondamentaux des francophones, nous voulons être intransigeants. C’est pour cela que nous soutenons le délai de quatre ans avant toute nouvelle demande pour recevoir ses documents en français ou encore la suppression de la tutelle du ministre flamand des Affaires intérieures sur la nomination des bourgmestres », a commenté lundi la présidente du MR Périphérie, Sophie Wilmès.

Selon celle qui est par ailleurs ministre fédérale du Budget, le MR défend aussi l’option d’un dialogue avec les autorités flamandes pour pouvoir mener à bien des projets dans l’intérêt de tous les habitants.

Son programme se focalise également sur une vision libérale des enjeux locaux en périphérie fondée sur trois piliers: la dynamisation de l’économie locale avec une attention pour les commerçants, artisans et indépendants, la rationalisation des structures publiques et le maintien – ou le retour – des impôts locaux à un bas niveau.

A cela s’ajoutent trois thématiques jugées prioritaires par les libéraux: la sécurité (plus de policiers et de gardiens de la paix là où c’est nécessaire, installation de caméras de surveillance, renforcement de sanctions administratives communales), la mobilité – en visant entre autres une meilleure interconnexion entre les communes de la périphérie et Bruxelles – et l’enseignement.

Dans cette matière, le MR veut sauvegarder le lien avec la Communauté française et permettre à chaque enfant, peu importe son lieu de résidence ou la langue parlée à la maison, d’accéder aux écoles francophones de la périphérie.

La présidente du MR de la périphérie a par ailleurs rappelé son attachement à l’union des francophones en périphérie et à la constitution de listes de ce type.

Source: Belga

SHARE