MiNT : Qu’est-ce que tu regardes? T’as jamais vu une femme?

310

Deux styles, deux continents, deux énergies. Pour contrer le trop-plein de garçons de vendredi dernier, rien de tel qu’un duo de filles diablement engagées : Clara Luciani à Marseille et Kacey Musgraves à Nashville.

Clara Luciani – La Grenade

Sa voix ne vous est peut-être pas inconnue. Elle a fait partie du projet La Femme, puis de Nouvelle Vague. Depuis 2016, Clara Luciani marche seule, mais bien entourée, notamment par Ambroise Willaume (Revolver, SAGE). Résultat : grave, sensuel, sincère.

Sainte Victoire est le coup de poing de la semaine. Ce nouvel album arrive au moment où l’interprète confie que, pour la première fois dans sa vie, elle a «vraiment un truc à raconter.» Bien connue des randonneurs, Sainte Victoire fait en réalité référence à la montagne située à l’Est d’Aix-en-Provence et qui inspiré plus d’une soixantaine de tableaux au peintre Paul Cézanne. C’est aussi la dernière plage de l’album, parlée celle-là.

Peinture, nature, littérature, plein Sud : les influences de Clara Luciani se distillent dans ce premier exercice de style parfaitement maîtrisé. Et finalement très engagé. Si ce n’est pas un album revendiqué féministe, il affiche tout de même la couleur assez rapidement. Pour preuve La Grenade, le premier single et surtout comment il démarre : « Hé toi, qu’est-ce que tu regardes ? T’as jamais vu une femme ? » Cet album, c’est aussi l’occasion de brouiller les pistes et de casser son image : plus légère, plus souriante, moins austère, moins retenue.

La Marseillaise séduit à la première écoute et on rêve déjà de la voir défendre sur scène «Sous mon sang, la grenade» chez nous. Retrouvez-la le 19 juillet aux Francofolies de Spa, le 15 août au Brussels Summer Festival et le 29 août aux Solidarités 2018.

Sa page Facebook

Kacey Musgraves – Velvet Elvis

Tapez son nom dans un moteur de recherche, vous tomberez sur une série de clichés à la Dolly Parton. Kacey Lee Musgraves est pourtant loin du cliché de la country. C’est avant tout une auteure-compositrice-interprète de poigne. Ses trois premiers albums ? Produits par elle-même et son entourage, jusqu’à gagner l’attention du public en 2007 dans l’émission Nashville Star de la chaîne USA Networks.

Depuis, les canons de la country ne lui ont rien épargné, pas même l’album de Noël. Pourtant, en 2013, Kacey se rebiffe. Au Guardian, elle confie, sacrilège : « Je n’ai pas envie d’être le Mc Donald’s de la musique country. » Désormais, elle abordera des thématiques plutôt singulières pour un genre habitué aux histoires d’amour trempées dans l’alcool et au vin de messe : elle parle de sexe pour le fun, d’homosexualité et de cannabis. Conséquence: elle se coupe d’une partie de la base pour mieux ramener à la musique country un public plus large.

En 2018, Kacey Musgraves ne renie rien, mais a des envies de pop et même d’indie pop. Velvet Elvis est la première signature de ce genre nouveau et Golden Hour un album où elle a troqué les bottes de cowgirl pour un… éventail. Tout un symbole. 13 titres où l’on perçoit quelques rappels country, pour la forme (chassez le naturel).

Il m’arrive de regretter ces moments où, dans ma vie californienne, je me branchais sur KHAY-FM Ventura pour m’imprégner d’une certaine culture locale. Kacey Musgraves est un pont entre LA, Nashville et Bruxelles. And a fucking awesome one!

Sa page Facebook

Retrouvez les découvertes musicales tous les jours de la semaine à 11h30 et 18h30 en direct sur mint.be/player et l’application MiNT.