La responsabilité d’une grande banque

En tant que première banque de Belgique, BNP Paribas Fortis a les moyens humains, technologiques et financiers de contribuer à atteindre les 17 objectifs de développement durable définis par l’ONU.

« Notre banque a une stratégie claire pour réduire ses propres émissions de CO2 » , affirme Wilfried Remans, responsable CSR & Public Affairs de BNP Paribas Fortis. « Et ceci vaut pour nos activités et nos produits destinés à nos clients. » Un prêt vert, tel que celui accordé à Aquafin, est un exemple parmi d’autres. « Nous avons aussi accordé à Bpost un prêt dont le taux dépend des performances environnementale, sociale et de gouvernance. Si le score s’améliore, une fraction du taux de crédit diminue. Autre exemple: les fonds ISR, désormais proposés en priorité par la banque à ses clients: ces fonds investissent uniquement dans les meilleures entreprises de leur secteur en matière de durabilité, ou dans des entreprises ayant des objectifs sociétaux spécifiques, tels que celles actives dans le domaine des énergies renouvelables.

Lire aussi: Un prêt vert pour une eau plus durable

Il faut aussi parfois dire non

Dans la même logique, BNP Paribas Fortis a développé des politiques sectorielles visant à limiter le financement d’entreprises actives dans des secteurs sensibles. « Nous avons par exemple décidé de ne plus investir dans les entreprises pratiquant des forages pétroliers au pôle Nord ou actives dans le secteur du tabac. Nous nous sommes également dotés de conditions strictes pour certains secteurs, tels que ceux de l’agriculture, de l’huile de palme ou de la défense. »

Lire aussi: Aider les entreprises à se déployer de manière durable