Le compteur « intelligent » soulève des questions de santé

866
AFP PHOTO / DAMIEN MEYER

Les Régions ont adopté, ou sont en passe de le faire, un texte imposant l’installation systématique dans tous les ménages, entreprises et établissements scolaires de compteurs communicants dits «intelligents». Outre les problèmes de vie privée qu’ils pourraient éventuellement engendrer, certains s’inquiètent aussi de leur impact sur notre santé à cause des ondes qu’ils émettront en continu dans nos lieux de vie.

L’électrosmog, ce nuage d’ondes électromagnétiques artificielles transmises par les gsm, les antennes relais, la 4G (et bientôt la 5G!) ainsi que tous les objets connectés de plus en plus présents dans notre quotidien, alarment de très nombreux scientifiques et spécialistes de la santé. L’obligation future d’installer un compteur communicant dans chaque lieu de vie accentue encore un peu les inquiétudes, d’autant plus qu’aucun débat citoyen ne semble être à l’ordre du jour.

Comment ça marche?

Les compteurs «intelligents» sont conçus pour collecter les données détaillées de votre consommation électrique et les transmettre au fournisseur d’électricité en utilisant des transmissions sans fil via des antennes relais. Ces compteurs permettent en outre la coupure en approvisionnement à distance au moyen de dispositifs connectés à internet. Il existe plusieurs types de compteurs «intelligents». Il y a le modèle américain qui émet des ondes GSM (GPRS) directement dans le domicile de l’habitant, suffisamment puissantes pour être captées par l’antenne relais GSM du quartier. Citons également le modèle français, type LINKY, qui utilise en priorité la technologie CPL (Courant Porteur en Ligne). Il génère des rayonnements qui se propagent via les câbles électriques. Certains compteurs LINKY généreront en plus des ondes GSM comme le modèle américain.

«Potentiellement cancérogènes»

Il faut savoir que les rayonnements GSM sont classés «potentiellement cancérogènes» par le Centre International de Recherche sur le Cancer et par l’Organisation Mondiale de la Santé. Ces ondes provoqueraient aussi chez certaines personnes sensibles un cortège de symptômes, comme l’explique la physicienne belge Wendy de Hemptinne: «On peut imaginer que nos cellules soient dérangées par ces champs et que de manière indirecte cela provoque maux de tête, insomnies, pertes de mémoire et de concentration, jusqu’aux risques de pathologies type cancers, leucémies, tumeurs cérébrales, infertilité chez les garçons… en passant par les maladies neurodégénératives telles que l’Alzheimer ou Parkinson.» Pour ces raisons, la région bruxelloise avait imposé des limites draconiennes quant à la puissance des ondes GSM produites par les antennes relais des opérateurs GSM sur son territoire. Or, les compteurs «intelligents» ne seront pas, quant à eux, soumis à ces mêmes limites.

Ouvrir le débat

Le but officiel de ces compteurs est tout à fait louable: nous faire économiser de l’énergie en observant notre consommation et en l’adaptant. Mais comme l’explique écoconso: «Le compteur Linky ne fournit pas automatiquement des données utilisables. Le consommateur doit utiliser une interface (ordinateur, smartphone, compteur déporté) pour accéder à son historique de consommation, avec des courbes et une conversion en euros. En France, à peine 2% des clients ont ouvert leur compte personnel pour avoir accès à leur courbe de charge». Une chose est sûre, les gestionnaires de réseau ont tout à y gagner puisqu’ils économiseront de grosses sommes en ne devant plus faire passer leurs agents à domicile. Pourquoi pas? Si le citoyen voit sa facture allégée… Mais ce qui est inquiétant, c’est de ne voir aucun débat organisé par le politique avec le citoyen, surtout en termes de santé.

S’éloigner des mauvaises ondes

La physicienne Wendy de Hemptinne nous donne ses conseils pour diminuer l’électrosmog dans notre lieu de vie.

1) Réduire son exposition. On peut supprimer la source, comme éteindre son wi-fi la nuit par exemple ou connecter son ordinateur de manière filaire. On peut également son téléphone hors connexion dans sa voiture car les champs électromagnétiques sont amplifiés dans la voiture, d’autant plus si elle est en mouvement. On peut s’éloigner de la source, par exemple en téléphonant avec son haut-parleur et en déposant son GSM à un mètre de soi.

2) Minimiser la durée d’exposition en utilisant moins son GSM et son téléphone «fixe» portatif (DECT) (oui, lui aussi émet des ondes, et pas qu’un peu!)

3) Réduire la puissance de la source en paramétrant son téléphone DECT en mode Eco. Ne pas téléphoner avec son GSM lorsque le signal est mauvais car il augmente sa puissance en cherchant le signal.

4) En parler autour de soi et ne pas hésiter à se mobiliser contre les wi-fi généralisés dans l’école de votre enfant par exemple.