Désaliniser ne résoudra pas la crise de l’eau

245
AFP / Issouf Sanogo

Désaliniser l’eau de mer à grande échelle ou capter l’humidité de l’atmosphère sont deux options qui pourraient bientôt devenir réalité, mais cela ne résoudra pas la crise mondiale d’eau potable, a estimé Peter Thomson, envoyé spécial de l’ONU pour les océans, au Forum de l’eau de Brasilia.

« Les solutions, les idées, sont toutes là. Maintenant, il s’agit de travailler pour définir lesquelles sont financièrement viables et lesquelles sont scientifiquement viables. Mais il y a des solutions pour presque tous les problèmes qui se présentent », a assuré M. Thomson.

S’exprimant au Forum international de l’eau, qui tient sa 8e édition à Brasilia cette semaine, ce Fidjien a toutefois estimé que ces différentes options devraient s’intégrer dans une solution plus large et qu’il faudrait d’abord parvenir à stopper le réchauffement climatique.

Et « la désalinisation pose des problèmes. Que faire du résidu de solution saline obtenue lors du processus? », a-t-il expliqué, affirmant que la distinction entre eau douce et marine est « artificielle, car tout est connecté: la terre, la mer, le climat ».

Il faut une mer en bonne santé

L’expert a insisté sur la nécessité d’avoir une mer en bonne santé pour pouvoir concevoir des solutions au manque d’eau potable dont pourraient souffrir 5,7 milliards de personnes d’ici 2050, selon un rapport de l’ONU.

« Nous avons mis la mer en grand danger et nous devons comprendre cette connexion (avec l’eau douce, ndlr) avant d’avancer », a-t-il plaidé, évoquant la pêche excessive, la pollution par les déchets plastiques, le réchauffement des eaux ou encore les résidus de crème solaire qui retombent sur les coraux comme autant de menaces pour les océans.

« Les gaz à effet de serre réchauffent les océans et élèvent leur niveau. En outre, ils les privent d’oxygène, rendant plus difficile la vie dans la mer ».

M. Thomson se veut toutefois optimiste: « Quand on me dit que la prochaine guerre sera pour l’eau, je réponds: ‘Ce sont des bêtises! L’offre d’eau sur cette planète est infinie' ».