DOSSIER RISQUE NUCLÉAIRE: «Le nouveau plan d’urgence entend prévenir plutôt que guérir»

587

«Savez-vous que faire en cas d’accident nucléaire est le slogan de la campagne d’information que le Centre de crise a lancée cette semaine à l’occasion de l’actualisation du plan d’urgence nucléaire. Cette campagne d’information a pour objectif d’informer la population sur le risque nucléaire et les bons réflexes en cas d’accident. Car, malgré toutes les mesures de sécurité, les contrôles et les mesures de prévention, un incident n’est jamais totalement à exclure. À l’occasion de cette campagne, nous avons donné la parole à un certain nombre d’experts en radioactivité et sécurité nucléaire.

Hans De Neef est expert pour le plan d’urgence nucléaire au Centre de crise fédéral. Il suit très attentivement les développements les plus récents.

Qu’est-ce que le plan d’urgence nucléaire?

«Un plan d’urgence général est une feuille de route préconçue. De cette manière, les autorités peuvent réagir le plus vite et le plus efficacement possible en cas d’accident ou de catastrophe. Tous les risques possibles y sont repris. Pour les risques spécifiques, des plans particuliers d’urgence ont aussi été établis, dont fait partie le plan d’urgence nucléaire. Y figurent les principes directeurs pour la préparation, la gestion de crise et le suivi d’une situation d’urgence. Les communes, les gouverneurs de provinces et les services d’urgence rendent par la suite ce plan opérationnel en le complétant avec leurs propres procédures, formations et exercices.»

Quelles sont les adaptations importantes qui y ont été apportées?

«La version actuelle du plan d’urgence nucléaire date de 2003. Des procédures et des formations pour les intervenants impliqués ou des exercices sont organisés en permanence. Pour les adaptations des principes directeurs du plan d’urgence nucléaire, nous consultons des instances nationales, comme l’AFCN et le Conseil Supérieur de la Santé, mais suivons aussi des recommandations ou des conclusions internationales tirées d’exercices nucléaires et d’événements réels.

Le plan d’urgence actualisé va encore davantage anticiper. À chaque incident où le plan d’urgence est mis en œuvre, toutes les structures du plan d’urgence seront activées. La gestion de la crise sera aussi divisée en plusieurs phases. De ce fait, une plus grande attention est portée à la phase de suivi, quand le danger direct est passé. Les aliments sont-ils par exemple impropres à la vente? En outre, des stratégies sont préparées pour élargir, si nécessaire, la zone autour de l’accident nucléaire, où nous prenons et exécutons des actions de protection supplémentaires (par ex. la prise de comprimés d’iode). Aujourd’hui, la zone est fixée à un rayon de 20 kilomètres, dans le nouveau plan d’urgence nous allons jusqu’à 100 kilomètres. Enfin, nous allons collaborer encore plus étroitement avec les pays voisins.»

Comment devons-nous réagir lors d’un accident nucléaire?

«Le réflexe le plus important est de se mettre à l’abri. Ce qui signifie aller à l’intérieur d’un bâtiment et de fermer les portes et les fenêtres. Il est en outre essentiel de suivre les informations officielles transmises par les autorités publiques. Pour être immédiatement averti d’une situation d’urgence, vous pouvez vous enregistrer à l’avance sur BE-Alert (www.be-alert.be). Via BE-Alert, les autorités publiques peuvent vous envoyer un message avec des recommandations claires. Vous savez ainsi par ex. si vous devez fermer vos portes et vos fenêtres ou si vous devez prendre des comprimés d’iode… En outre, vous pouvez aussi composer sur mesure votre propre plan d’urgence sur www.monplandurgence.be. Vous serez ainsi d’emblée préparé pour une situation d’urgence.

Bien entendu, le Centre de crise peut informer aussi via les autorités locales, les médias (sociaux), un call-center et éventuellement des véhicules équipés de haut-parleurs. Nous disposons donc d’un arsenal de moyens de communication, et nous utilisons les médias qui s’avèrent les plus efficaces à ce moment-là.»

Vous voulez en savoir plus sur le risque nucléaire et sur ce que vous pouvez faire en cas d’accident nucléaire? Venez le découvrir sur www.risquenucleaire.be

TIP

«Avez-vous déjà un plan d’urgence pour votre famille? Établissez votre plan d’urgence avec votre famille grâce à l’outil de planification en ligne du Centre de crise fédéral.

 

Lundi dans Metro

Des experts du SPF Santé publique et de l’Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS) se penchent sur l’impact des substances radioactives sur notre organisme.