Droits de douane sur l’acier et l’aluminium – Virulentes réactions internationales aux taxes US sur l’importation d’acier et d’aluminium

78
Droits de douane sur l'acier et l'aluminium - Virulentes réactions internationales aux taxes US sur l'importation d'acier et d'aluminium

Les réactions internationales n’ont pas tardé à affluer, dans les heures qui ont suivi la signature par le président américain Donald Trump des deux textes instaurant, dans 15 jours, des taxes de 25% sur les importations d’acier vers les Etats-Unis, et de 10% sur celles d’aluminium. La condamnation est unanime, face à la mesure protectionniste portée par l’occupant de la Maison Blanche, qui a plusieurs fois souligné qu’il s’agissait d’une de ses « promesses de campagne ». Le ministre britannique du Commerce international, Liam Fox, a estimé jeudi soir que les taxes étaient une « mauvaise manière » de gérer la surproduction d’acier. « Le protectionnisme, les taxes, n’ont jamais fonctionné », a résumé le ministre, précisant qu’il allait se rendre à Washington la semaine prochaine pour des entretiens avec des responsables américains sur de possibles exemptions: « Nous allons attendre pour voir s’il y a de la place pour des négociations ». Il a qualifié de « doublement absurde » la décision de taxer l’acier britannique sur la base de raisons de sécurité nationale alors que cela représente 1% seulement des importations pour la Défense américaine.
Le ministre français de l’Economie a usé de mots plus mesurés, mais communiqué sur le fond un message similaire: « Une guerre commerciale ne fera que des perdants ». « Avec nos partenaires européens, nous allons évaluer les conséquences sur nos industries et les réponses à apporter », a ajouté Bruno Le Maire, via Twitter. La veille, le ministre français avait déjà indiqué craindre les effets de la concrétisation de ces taxes américaines sur « des entreprises françaises comme Vallourec, ArcelorMittal ou Ugitech ». Implicitement Bruno Le Maire avait regretté que cette mesure générale soit adoptée, plutôt que des punitions visant spécifiquement ceux qui pratiquent le dumping et les subventions massives à la production, soit la Chine.
Le Japon, 6e exportateur d’acier vers les Etats-Unis (près de 5% des importations américaines d’acier selon les chiffres 2017 du département américain du commerce) a également « regretté » vendredi les nouvelles taxes américaines. « Nous pendrons les mesures appropriées après avoir étudié avec attention les conséquences sur l’économie japonaise », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Taro Kano dans un communiqué. « La mesure pourrait avoir un impact grave sur les relations économiques entre le Japon et les Etats-Unis, qui sont alliés, et également sur l’économie mondiale », a-t-il prévenu.
Si le Canada, avec le Mexique, est d’ores et déjà exempté des taxes par l’administration américaine, la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland a toutefois prévenu que son pays ne comptait pas dérouler le tapis rouge aux ambitions américaines dans le processus de renégociation de l’Aléna, l’accord de libre-échange qui lie les trois pays. « Nous traitons comme deux sujets séparés » les taxes sur l’acier et l’aluminium d’une part, et la renégociation de l’Aléna de l’autre, a -t-elle assuré lors d’une conférence de presse. Le Canada continuera à faire pression pour être assuré d’une levée « totale et permanente » des droits de douane dans son cas, sans contrepartie attendue de sa part, a-t-elle promis.

source: Belga