France: le groupe Lagardère maintient le suspense sur ses projets de cessions

89

Le groupe diversifié et de médias Lagardère a maintenu le suspense jeudi sur les cessions d’actifs qu’il négocie actuellement pour améliorer sa rentabilité, affectée l’an dernier par les difficultés de la branche média historique et notamment d’Europe 1.
« J’aurais aimé vous faire des annonces précises et concrètes, mais il va falloir attendre, pas très longtemps mais un petit peu », a indiqué le patron du groupe, Arnaud Lagardère, lors de la présentation des résultats 2017 de son groupe.
Arnaud Lagardère a réitéré qu’Europe 1, Paris Match et le JDD resteraient dans le giron du groupe et n’étaient pas concernés par les projets de cession, pas plus que la production audiovisuelle.
Il s’est montré moins clair sur le magazine féminin Elle, qui « reste une question ». La marque Elle continue de rapporter de substantielles royalties au groupe, à la fois pour des éditions étrangères du magazine et pour des produits dérivés notamment en Asie, a-t-il rappelé.
D’une manière générale, « l’idée pour nous n’est pas de rétrécir, c’est au contraire de se développer dans ce que l’on pense être des métiers d’avenir », a-il commenté.
Lagardère a annoncé jeudi un bénéfice net 2017 en hausse de 2,3% à 179 millions d’euros.
Le chiffre d’affaires a en revanche baissé de 4,4% à 7,069 milliards d’euros du fait de la cession des activités de distribution de presse.
Lagardère Active, la branche historique de médias du groupe dont la radio Europe 1 est en difficultés, a vu baisser tant son chiffre d’affaires que son bénéfice l’an dernier.
Denis Olivennes, le patron de Lagardère Active, a assuré que le recul de la marge en 2017 n’était que « conjoncturel » et lié aux mauvais résultats d’Europe 1, dont l’audience a baissé.
« Il y a un point d’interrogation » sur le rythme auquel la radio pourra retrouver des ressources publicitaires satisfaisantes, a-t-il toutefois reconnu. « La vitesse de redressement d’Europe 1 n’est pas complètement prévisible ».
Malgré la refonte de sa grille et l’arrivée du journaliste Patrick Cohen en septembre, l’audience de la radio a chuté à un nouveau plus bas historique à la fin de 2017, avec 6,6% d’audience cumulée en novembre-décembre 2017.

Source: Belga