Des affiches de films détournées pour dénoncer la représentation des acteurs noirs au cinéma

467
Ph. Twitter

À Londres, certains abribus ont été recouverts par des affiches de films cultes sur lesquelles les héros ont été remplacés par des personnes noires.

Que serait l’affiche de « Titanic » si Rose et Jack n’avaient pas été interprétés par Kate Winslet et Leonardo DiCaprio mais par des acteurs noirs ? Et si les héros de « Harry Potter » avaient été noirs ? En Grande-Bretagne, Legally Black a eu l’idée d’interpeller les citoyens à ce sujet. Les membres de ce collectif qui « lutte contre la sous-représentation des personnes noires dans les médias » ont décidé « de mettre des visages noirs dans les grands films, et des remettre en question les perceptions et les suppositions des gens ».

Quatre adolescents à l’origine des détournements

Originaires du quartier de Brixton, dans le sud de Londres, les quatre adolescents de 17 ans à l’origine du collectif Legally Black ont fait appel à leurs proches et leurs amis pour recréer des affiches de films et des séries comme « James Bond », « Titanic », « Harry Potter », « Docteur Who » et « The Inbetweeners ». L’organisation Special Patrol Group, spécialisée dans le guérilla marketing, a repéré en ligne les détournements de ces ados et a décidé de leur donner un coup de pouce et une meilleure visibilité.

« Si vous êtes surpris, c’est que vous ne voyez pas assez de noirs dans des rôles principaux »

Mercredi dernier, ces activistes ont profité de la tempête Emma pour aller mettre, illégalement, ces affiches géantes dans des abribus de Londres. Au-dessus du détournement, un message interpellait les passants : « Si vous êtes surpris, cela veut dire que vous ne voyez pas assez de personnes noires dans des rôles principaux. Rejoignez-nous dans notre mission pour une meilleure représentation des personnes noires dans les médias ».

Vendredi, la plupart des posters avaient été retirés et remplacés par JCDecaux, indique The Guardian. Mais reprises sur les réseaux sociaux, ces affiches détournées ont réussi à faire parler d’elles bien au-delà des rues de Brixton.