Jeux vidéo : Shadow of the Colossus, Dragon Quest Builders et Dissidia : Final Fantasy NT

460

Cette semaine, partez à la chasse aux colosses dans Shadow of the Colossus sur PS4, devenez bâtisseurs avec Dragon Quest Builders sur Nintendo Switch et battez vous avec les personnages emblématiques de Final Fantasy dans Dissidia.

Shadow of the Colossus (PS4)

Vous pensiez en avoir fini avec les remasters en 2018 ? Eh bien, il n’en est rien ! Néanmoins, au vu de la qualité de ce Shadow of the Colossus, on se dit que des remasters comme ça, on veut bien en avoir tous les jours. Initialement sorti sur PS2 en 2006, ce titre développé par le studio Team ICO sous la direction de Fumito Ueda (Ico, The Last Guardian) avait déjà eu droit en 2011 à un remake HD sur PS3. A priori, on pouvait donc douter de l’intérêt de ce nouveau portage sur PS4. Et pourtant, dès qu’on lance le jeu, on se rend compte du travail immense effectué par le studio Bluepoint Games. Parmi les nombreux remasters sortis sur PS4 depuis le lancement de la console en 2013, Shadow of the Colossus est probablement le plus abouti. Graphiquement, il est magnifique et sa réalisation est digne de plus beaux jeux du moment.

Dans Shadow of the Colossus, on retrouve immédiatement la patte de Fumito Ueda. C’est un jeu poétique se déroulant dans les ruines d’une ancienne civilisation et où règnent des forces obscures. Pour ressusciter une jeune fille, le héros que vous incarnez devra éliminer 16 colosses. Ces 16 missions suivent toutes le même déroulement. En suivant le reflet du soleil sur votre épée, vous voyagerez jusqu’à l’endroit où se cache le colosse. Vous devrez ensuite l’observer pour trouver comment atteindre ses points sensibles et l’éliminer. Une fois qu’on a compris le truc, un colosse peut-être battu en une poignée de minutes. La principale difficulté est d’avoir la patience de comprendre comment le battre. Le gameplay a quant à lui pris un petit coup de vieux et risque d’ailleurs de déstabiliser les néophytes. Pourtant, même s’il n’est pas très long et que son univers est bien loin des open-world actuels, Shadow of Colossus est l’un de ces petits chefs-d’œuvre qui fait partie de l’histoire des jeux vidéo et ce remaster lui rend hommage de très belle manière.

4/5

Dragon Quest Builders (Switch)

Dragon Quest Builders fait partie de ces jeux sortis il y a déjà quelques mois sur les autres plateformes mais dont on se réjouit de la sortie sur Switch tant le concept se marie parfaitement avec la dernière console de Nintendo. Sorti fin 2016 sur PS4 et PS Vita, Dragon Quest Builders était le mariage parfait entre le RPG japonais Dragon Quest et Minecraft. Le petit personnage que vous incarnez doit construire et développer un village, tout en devant le protéger des créatures qui rôdent une fois la nuit tombée. Comme dans Minecraft, il faut utiliser les outils adéquats pour récolter des ressources (terre, pierre, bois, herbes…) et ensuite les assembler entre elles pour créer de nouveaux objets.

Dragon Quest Builders laisse une grande liberté aux joueurs. Ils peuvent se concentrer sur la construction ou alors suivre le scénario et les différentes quêtes qui l’emmèneront faire des expéditions. Cette version Switch n’apporte rien de neuf en termes de contenu. Par contre, le concept de Dragon Quest Builders se prête parfaitement à l’aspect portable de la console. Le jeu est fluide, joli et réserve des dizaines d’heures de jeu aux explorateurs et aux bâtisseurs. Dommage qu’il n’est pas jouable à plusieurs, mais cette possibilité sera intégrée dans Dragon Quest Builders 2, actuellement en cours de développement et qui sortira à la fois sur PS4 et Switch.

4/5

Dissidia: Final Fantasy NT (PS4)

Pas facile de passer après Dragon Ball FighterZ, sorti début janvier et considéré comme l’un des meilleurs jeux de combat de ces dernières années. C’est à Dissidia: Final Fantasy NT que revient cette lourde tâche. Ce jeu de combat en équipe est le portage, exclusif à la PS4, d’une version sortie sur borne d’arcade, au Japon, en 2015. Le principe: réunir 20 personnages emblématiques de la saga Final Fantasy pour se taper dessus. De Cloud Strife de FF VII à Noctis de FF XV, ils sont presque tous là, répartis en cinq classes: combattant, assassin, tireur, spécialiste et invocation. À vous d’exploiter les forces et les attaques de chacun pour créer l’équipe parfaite et affronter d’autres joueurs en ligne ou se battre contre l’IA. Par contre, il est impossible d’y jouer à deux en local. Dissidia NT dispose aussi d’un mode histoire, mais il n’est guère très intéressant.

Contrairement à Dragon Ball FighterZ, qui propose également des combats 3v3, ici tous les protagonistes s’affrontent en même temps dans une arène et peuvent se déplacer en trois dimensions. Le résultat est un jeu de combat complexe (heureusement de nombreux tutoriels sont présents) et très brouillon. Entre la mini-carte et les barres de vie des six personnages, l’écran est rempli d’informations et quand les sorts et les invocations arrivent, on peine à y voir quelque chose. Entre sa complexité à prendre en mains et son absence de multijoueur local, Dissidia: Final Fantasy NT s’adresse à une petite niche de joueurs, ultra-fans de Final Fantasy et de jeux de combat tactiques. Si vous n’en faites pas partie, on vous conseille de passer votre chemin.

2/5