MiNT : Raconte-moi des histoires belges (en musique)

420

Vous l’avez bien vu aux Magritte : inutile de partir en terres inconnues, ils sont là, au bout de nos rues, dans nos villages, élevés aux légumes terreux. Les musiciens belges s’imposent sans peine. Nouvelle preuve cette semaine avec Behind the Pines, Angèle et Willem Ardui.

Behind the Pines – ‘In my world’

J’avais imaginé un lien de proximité plus ou moins bien dissimulé avec la série Wayward Pines. Fausse piste : « Behind the Pines », me corrige Johnny De Pessemier, « renvoie davantage à l’image de l’enfant qui marche à travers la forêt pour, finalement, y trouver sa voie. »

Avais-je déjà vu « BTP » (me voilà déjà intime !) quelque part ? En effet, dans une reprise des Kings of Leon, publiée début 2017 sur Youtube. On n’oublie pas le visage d’Andrea Battisti, au chant et à la guitare, lequel pourrait très bien sortir d’un panneau publicitaire vantant les mérites d’un déodorant ou de sous-vêtements Calvin Klein.

Ils sont quatre (c’est désormais la norme). Johnny occupe la batterie. Grégory s’empare de la guitare. Et Toma apprivoise la basse. Leur ambition ? « Mêler des sons modernes » à des racines purement rock.

 

Fallait-il encore vous convaincre ? Ne les manquez pas le 24 février aux Chiroux à Liège, le 13 avril à l’Atelier 210 à Bruxelles, le 20 avril à l’Indigo (La Louvière), le 21 avril à la Tchatche (Chastres) et à la (plus originale) Storm Tattoo Convention de Luxembourg, le 19 mai prochain.

Angèle – ‘Je veux tes yeux’

Il me faut vous livrer une confidence  : MiNT est passée fin 2017 (non sans débats) à côté de la hype Angèle (fille de Marka et Laurence Bibot) à dessein. Tout le monde s’est alors emparé d’elle (un succès amplement mérité). Son second single livré (‘Je veux tes yeux’) le week-end dernier, dans une toute aussi franche unanimité, est léger, tout léger ; il nous confirme surtout qu’il faudra compter avec la sœur du désormais tout aussi incontournable Roméo Elvis. Nos voisins français – intrigués par la machine à talents que nous (dé)form(at)ons – l’ont de toute manière déjà adoubée. Vive Angèle !

Willem Ardui – ‘Beziel me’

Depuis le plébiscite de Bazart sur les scènes du Sud du pays, la chanson flamande ne s’est jamais aussi naturellement intégrée au paysage. William Ardui est anversois (Deurne, pour être précis). Ce pur produit du Conservatoire Royal d’Anvers a tout appris pour tout déconstruire et tout réinventer : jusqu’à créer un duo de street music (hip hop parfois, mais sans style défini), blackwave.

Le voilà seul, à la mélodie, et c’est très bien ainsi. Laissez ‘Beziel me’ vous inspirer, puis plongez dans le titre qui l’a révélé au public du Nord, ‘Morse’.

 

 

Les découvertes musicales de MiNT à 11h30 et 18h30 du lundi au vendredi uniquement sur mint.be et l’application MiNT.