Magritte du cinéma 2018 : des prix au féminin et des réfugiés syriens (palmarès complet)

843
(c) Académie Delvaux

La 8ème édition des Magritte du Cinéma s’est tenue ce soir au Square, à Bruxelles. Le grand gagnant est ‘Insyriated’ de Philippe Van Leeuw, un huis-clos intense sur le calvaire d’une famille enfermée dans un appartement de Damas, qui est reparti avec 6 statuettes. L’édition 2018 a vu une présence forte de femmes parmi les lauréats, et des mentions régulières à l’actualité politique, de la crise des réfugiés au statut d’artiste.

 

Le Square s’est de nouveau vêtu de son tapis bleu ce samedi 3 février pour la 8ème cérémonie des Magritte du Cinéma, où concourait la fine fleur du cinéma belge francophone. ‘Dode Hoek’ de Nabil Ben Yadir, ‘Insyriated’ de Philippe Van Leeuw, ‘Paris Pieds Nus’ de Fiona Gordon et Dominique Abel, ‘Noces’ de Stephan Streker et ‘Chez Nous de Lucas Belvaux’ formait le peloton de tête, tous en lice pour le Magritte du meilleur film. A savoir, dans l’ordre, un thriller policier, un huis-clos sur la guerre en Syrie, une comédie colorée, un drame inspiré de faits réels, et une fiction d’extrême-droite inspirée de la réalité.

 

 

On pensait voir ‘Noces’ de Stephan Streker faire une razzia sur les prix : salué par la critique, le film vient d’être par ailleurs aussi nommé aux Césars de nos voisins français comme Meilleur film étranger. Mais surprise, c’est ‘Insyriated’ qui a dominé le palmarès. Tourné à Beyrouth, le film raconte l’histoire d’une famille syrienne coincée dans son appartement de Damas tandis que le conflit fait rage au-dehors, et repart avec le prix du meilleur film, de la réalisation, du scénario, de l’image, du son et de la musique. Lors de son discours de remerciements, le réalisateur Philippe Van Leeuw n’a pas manqué de se faire l’écho de l’actualité, à l’image de son film. Il n’était pas le seul à mentionner les migrants du parc Maximilien, et la politique du gouvernement sur le sujet : de Mourade Zeguendi à Alex Vizorek, le sujet a été maintes fois mentionné. Tout comme celui de la précarité du statut d’artiste et la fragilité d’institutions audiovisuelles comme le cinéma Nova, qui a vu ses subventions rabotées : Ann Sirot et Raphaël Balboni, lauréats du meilleur court métrage, ont été parmi ceux à le mentionner.

‘Noces’ est finalement reparti avec deux prix : celui de la meilleure actrice dans un second rôle pour Aurora Marion, et celui pour les des costumes, remporté par Sophie Van Den Keybus. On cite leurs noms en entier, et ce n’est pas pour rien : niveau visibilité des femmes, le vent semble avoir tourné si l’on en croit le palmarès de cette huitième cérémonie, puisque du montage à l’image en passant par le premier film ou le film flamand, les femmes ont dominé. Une façon pour l’Académie Delvaux de dire que les revendications femmes pour l’égalité au boulot ne sont pas tombés dans l’oreille de sourds ? Ou simple coïncidence ? En tout cas pour 2019 on fait le vœu fou de voir une femme sacrée comme meilleur… réalisateur.

 

LE PALMARES COMPLET

Meilleur film

Insyriated de Philippe Van Leeuw produit par ALTITUDE 100 PRODUCTION

Meilleur premier film 

Faut pas lui dire de Solange Cicurel

Meilleure réalisation

Philippe Van Leeuw pour Insyriated

Meilleur film flamand 

Home de Fien Troch produit par PRIME TIME

Meilleur film étranger en coproduction

Grave de Julia Ducournau coproduit par FRAKAS PRODUCTIONS

Meilleur scénario original ou adaptation 

Insyriated de Philippe Van Leeuw

Meilleure actrice

Emilie Dequenne pour Chez Nous

Meilleur acteur

Peter Van den Begin pour King of the Belgians

Meilleure actrice dans un second rôle

Aurora Marion pour Noces

Meilleur acteur dans un second rôle

Le fidèle : Jean-Benoît Ugeux dans Le Fidèle

Meilleur espoir féminin 

Maya Dory pour Mon Ange

Meilleur espoir masculin

Soufiane Chilah pour Dode Hoek

Meilleure image

Virginie Surdej pour Insyriated

Meilleur son

Paul Heymans, Alek Goosse pour Insyriated

Meilleurs décors

Laurie Colson pour Grave

Meilleurs costumes

Sophie Van Den Keybus pour Noces

Meilleure musique originale

Jean-Luc Fafchamps pour Insyriated

Meilleur montage

Sandrine Deegen pour Paris Pieds Nus

Meilleur court métrage de fiction

Avec Thelma de Ann Sirot & Raphaël Balboni produit par HéLICOTRONC

Meilleur court métrage d’animation

Le lion et le singe de Benoît Feroumont

Meilleur documentaire

Burning out de Jérôme le Maire