« Regardez le contenu de votre frigo d’un œil créatif »

Photo Lies Engelen

Cuisiner des restes. Voilà qui n’a pas l’air d’emblée très sexy, mais c’est vraiment tendance. Et à juste titre, car près d’un tiers des aliments produits dans le monde atterrit dans la poubelle!

La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez engager le combat contre ce gaspillage alimentaire massif dans votre propre cuisine. Les seuls ingrédients dont vous avez besoin, ce sont du temps et de la créativité!

C’est la toute première chose que nous apprend Steven Desair. Via son asbl Eatmosphere, ce jeune cuisinier amateur sensibilise de façon ludique les gens comme vous et moi à la problématique du gaspillage alimentaire. Il propose un livre, un calendrier avec les légumes de saison et son restaurant de restes Mary Pop-in, où il organise chaque semaine des brunches, des ateliers et même des repas gastronomiques en collaboration avec des chefs. Nous lui avons demandé conseil pour transformer tomates blettes, salade défraîchie et/ou carottes molles en délice culinaire.

CONSEIL 1: Prévenir vaut mieux que guérir

Steven: « Veillez à ne pas gaspiller trop de nourriture. C’est possible en réalisant chaque semaine un inventaire de votre frigo, de votre surgélateur et de vos armoires à provisions. Qui sait, vous y découvrirez peut-être des trésors cachés dont la date de péremption approche! Dès que vous vous êtes fait une bonne idée de vos provisions, notez ce dont vous avez éventuellement besoin au magasin.

Essayez de réduire cette liste à son strict minimum. Par nature, nous avons tendance à stocker beaucoup trop de nourriture, dont nous jetons par après la moitié à la poubelle. Vous pouvez trouver sur le web des sites qui calculent les portions exactes d’un plat déterminé par personne. Cela vous donne une image réaliste des quantités nécessaires.

Mon conseil ultime? Achetez toujours de la nourriture pour trois jours maximum. Il y a en effet de fortes chances que vous passiez les jours suivants à manger les restes, ou que vous alliez au restaurant de façon imprévue ou que vous soyez invité quelque part. En achetant moins de nourriture, vous allez automatiquement en jeter moins et économiser du coup aussi une coquette somme d’argent. »

CONSEIL 2: Achetez différemment

« En achetant des légumes locaux et de saison vous contribuez indirectement à la limitation du gaspillage alimentaire. Pour ce faire, vous ne devez pas obligatoirement vous rendre chez le fermier/horticulteur le plus proche: dans les supermarchés ordinaires, vous trouvez aussi des aliments d’origine belge.

Si vous aimez savoir d’où proviennent vos produits, approvisionnez-vous dans les marchés hebdomadaires ou via des organisations particulières qui rassemblent plusieurs producteurs. Les produits que vous achetez via ces chaînes courtes sont souvent plus qualitatifs et meilleur marché que dans les supermarchés classiques parce qu’il y a moins d’intermédiaires. C’est gagnant-gagnant pour vous et pour les commerçants locaux. »

CONSEIL 3: Regardez autrement

« Si vous voulez cuisiner sans restes, vous devez apprendre à regarder autrement votre frigo et son contenu. C’est ainsi qu’il y a encore beaucoup de gens qui jettent de gros morceaux de légumes parce qu’ils pensent qu’ils ne sont pas comestibles. L’exemple classique est la peau de banane: pratiquement tout le monde la jette sans hésiter à la poubelle.

Mais vous pouvez l’utiliser pour en faire de délicieux muffins. Idem avec les feuilles de chou-fleur, qui sont savoureuses au wok. Pourquoi pour l’amour du ciel iriez-vous les jeter? Vous pouvez aussi par exemple transformer la pelure de nombreux légumes en chips saines ou en bouillon. En tant que cuisinier, vous devez essayer de voir les légumes comme un tout que vous pouvez manger pratiquement dans leur entièreté. »

CONSEIL 4: Conservez sans problème

« Il existe différentes techniques de conservation des aliments. En ce qui me concerne, je conserve dans la saumure, je fais fermenter et je déshydrate de nombreux produits. Beaucoup de gens pensent que c’est compliqué, mais ce n’est pas le cas: il faut simplement avoir un peu de temps.

La fermentation est d’ailleurs une technique de conservation qui existe depuis de nombreuses années: dans le temps, les gens recouraient à cette méthode pour passer les différentes saisons. Le résultat de ces méthodes de saumure et de fermentation est par ailleurs super délicieux: le goût et la texture de l’aliment changent complètement.

Vous pouvez d’ailleurs aussi parfaitement transformer des légumes proches de leur date de péremption en dip: c’est super délicieux et hyper facile. »

Conseil 5: Organiser, ça s’apprend

« L’organisation de votre frigo joue aussi un grand rôle dans la prévention des restes et des aliments pourris. Il vaut par exemple mieux placer les produits les moins frais à l’avant et à hauteur des yeux, ce qui vous incitera plus vite à les utiliser. De plus, évitez de bourrer votre frigo.

Pour pouvoir garder leur fraîcheur à vos aliments, l’air doit pouvoir circuler aisément. Pour faciliter cette circulation de l’air, il est d’ailleurs aussi recommandé de nettoyer régulièrement votre frigo. Il peut aussi être utile d’instaurer un système de tri pour vos fruits et légumes. Ne conservez pas les pommes, les poires et les bananes ensemble. Et les tomates, les pommes de terre, les aubergines, les citrons et les concombres ne doivent pas prendre place dans le frigo.

Mon tout dernier conseil: évitez les UFO, c’est-à-dire les unidentified frozen objects, les objets surgelés non identifiés. Il y a vraiment très peu de chances que vous les dégeliez et les mangiez après quelques mois. »

(mh)

Vous trouverez sur eatmosphere.be toutes les infos sur les ateliers, les brunchs et les dîners de restes gastronomiques qu’organise Steven Desair.