680 kg sur les genoux de Seppe Smits

683
Seppe Smits
© KAAT DM/RED BULL CONTENT POOL

C’est en qualité de champion du monde que Seppe Smits (26 ans) participera aux Jeux olympiques d’hiver à Pyeongchang en Corée du Sud. Il va devoir affronter les meilleurs athlètes du monde dans une discipline plutôt ardue : le snowboard slopestyle, une suite complexe de rampes et de sauts, combinée à quelques figures incroyables. À cela s’ajoute également le Triple tant redouté, à savoir un triple salto arrière, avec quatre vrilles. Le but est d’obtenir le plus possible de points, et de défendre les couleurs du drapeau belge. « Chaque année, la barre est placée de plus en plus haut », nous confie Seppe.

« À l’heure actuelle, il faut réellement s’entraîner rigoureusement », nous explique Seppe. « Tant sur la piste, qu’en dehors de celle-ci. Ce n’est que de cette façon que l’on maintient son niveau à ce sport, et que l’on évite les blessures. Au terme d’une journée de snowboard, je me rends au centre de fitness afin de récupérer, de pratiquer de la musculation, et d’entretenir ma condition physique. Je suis entièrement maître de moi-même, et je m’entoure des bonnes personnes. Je ne pense pas à tout ce qui pourrait mal se passer, mais je me concentre sur ma course. »

Seppe Smits
© KAAT DM/RED BULL CONTENT POOL

Lancé à une vitesse de 70 km/h, il faut effectuer un saut de 6 à 8 mètres de hauteur, pour certains à plus de 20 mètres de distance, avec un rythme cardiaque qui dépasse 120 pulsations par minute, tout en incorporant une rotation de 1440 degrés, et en veillant à atterrir correctement, en sachant que l’impact peut excéder 8000 Newtons. « L’impact d’un tel saut est énorme », nous explique Bénédicte Vanwanseele, professeur de biomécanique du sport. « Comptez certainement 10 fois le poids corporel de Seppe. Ce dernier pèse 68 kilogrammes. En d’autres termes, lors de l’atterrissage, son corps doit faire face à un poids de 680 kilogrammes supplémentaires. À cet égard, les genoux, la hanche, et le ventre sont très importants. Ces derniers absorbent les principaux chocs. L’entraînement, la concentration, et la forme physique revêtent un caractère essentiel. »

Les Jeux olympiques d’hiver

Les concours de snowboard, pour lesquels les Jeux olympiques d’hiver représentent le Saint Graal, exigent des mois de préparation, ainsi que la mentalité appropriée. En d’autres termes, il ne suffit pas uniquement de dévaler des montagnes enneigées, mais il faut également disposer de bonnes aptitudes mentales, et prévoir également un entraînement physique intense, ainsi que l’encadrement des personnes adéquates. Citons, à titre d’exemples, son coach, Jean-Valère Demard, et son amie et photographe Kaat De Malsche.

« La motivation de Seppe est énorme », nous confie Jean-Valère Demard, le coach de Seppe. « Il comprend parfaitement qu’il faut être physiquement au top afin d’effectuer d’excellentes prestations. De cette façon, vous repoussez les limites, et relevez le niveau technique de certaines figures. Par ailleurs, il est également très fort d’un point de vue mental. Nous y travaillons conjointement. Cela lui permet d’avoir une bonne confiance en ses capacités, et de pouvoir se mesurer aux meilleurs athlètes du monde. »

Regardez la vidéo:

#SUPPORTSEPPE