La méditation de pleine conscience idéale pour augmenter le bien-être et réduire le stress

177
©elenaleonova / IStock.com

Il existe une activité bénéfique pour augmenter le bien-être général et gérer le stress à long terme : la méditation de pleine conscience. Dix minutes par jour peuvent suffire à réduire le stress.

Selon une étude américaine publiée en 2016 dans la revue Nature qui a comparé « l’effet vacances  » à la pratique de la méditation, la deuxième option favoriserait notre métabolisme en protégeant nos cellules à long terme alors que les vacances provoqueraient un bien-être psychologique à plus court terme.

Développée dans les années 70 aux États-Unis par Jon Kabat-Zinn, un médecin américain, la méditation de pleine conscience est reconnue scientifiquement pour ses bienfaits sur le système immunitaire, la diminution de stress, de la pression artérielle, la douleur et la dépression et continue de faire l’objet de travaux scientifiques dans différents champs d’applications comme le cancer.

Une discipline en plein essor

Cette discipline progresse lentement, mais sûrement, chez les Français en quête d’outils pour lutter contre le stress. Les Parisiens ont désormais un lieu où s’initier, appelé « bar à méditation » ouvert en 2016 par une psychiatre formée aux outils de pleine conscience, Christine Barois, qui souhaitait démocratiser la pratique auprès du grand public.

Les plus assidus pourront opter pour des longs week-ends ou des retraites de méditation pour profiter de séjours en immersion où l’on débranche du monde connecté. Des programmes de MBSR (Mindfulness-Based Stress Reduction ou « réduction du stress basée sur la pleine conscience »), déclinés en 8 séances, permettent également de s’initier et d’acquérir des outils pour devenir autonome.

Méditer 10 minutes par jour

Si dans un premier temps, il est plus facile de se faire guider par des formateurs ou des applis (Zenfie, Petit bambou) et vidéos, on peut mettre quelques exercices en pratique dans des cadres informels comme la maison, les transports ou même au volant de sa voiture ou en cuisinant.

Pour intégrer la pratique dans son quotidien sans pression et espérer des résultats, il faut déjà s’accorder 10 minutes par jour en se coupant de tout autre occupation ou sollicitation. C’est comme le sport, mieux vaut pratiquer un peu tous les jours qu’une bonne heure le week-end.

Ne pas se fixer d’objectif

Pour lâcher le mental, le mieux est de ne se fixer aucun objectif, mais de veiller à toujours ramener son attention sur le moment présent si le cerveau commence à vagabonder, et ce, autant de fois que nécessaire selon son état de vigilance ou émotionnel. Le flux des pensées est normal et inévitable, mais l’idée est de laisser filer les idées en les notant sans les retenir.

On peut débuter par fixer son attention sur sa respiration. Plus exactement sur le trajet du souffle en prenant une inspiration profonde et une expiration assez longue et bien observer le petit temps suspendu avant la prochaine inspiration. Ensuite, l’entraînement consiste à prendre conscience des parties du corps qui sont en contact avec le sol ou la chaise si l’on est assis.

Placer son esprit dans l’instant présent

Autre technique qui aide : placer son esprit dans l’instant présent, se plonger dans l’observation d’un objet neutre ou qui vous fascine, comme la flamme d’une bougie par exemple ou un objet d’art.

À la clé, si l’on persiste sans se décourager, les efforts sont récompensés par une meilleure gestion du stress, un meilleur moral, un sommeil amélioré, une meilleure concentration et écoute de soi et des autres. Que rêver de mieux pour une année 2018 en pleine forme ?

SOURCEAFP avec rédaction en ligne
SHARE