Revendre ses cadeaux de Noël: une bonne affaire… pour les sites d’annonces

79
Ph. Makidotvn / IStock.com

Trottinette électrique, jeux vidéo, jupe à paillettes… À peine déballés, certains cadeaux sont aussitôt remis en vente sur internet, pour le plus grand bonheur des consommateurs et des sites d’annonces.

Les enfants « avaient déjà » ou « ça ne les intéressait pas », se justifie auprès de l’AFP un père de famille des Yvelines, qui a mis en vente quatre cadeaux de ses enfants, âgés de 12 et 13 ans, et préfère rester anonyme. « L’argent (leur) revient », ajoute-t-il rapidement.

Pour lui, cette opération est une première. L’idée lui est venue en regardant un reportage télévisé. Il convient néanmoins que cela « ne se fait pas » et ne veut pas que cela se sache.

Plus d’annonces

Son acte n’est pas isolé : selon une étude PriceMinister/OpinionWay, 46% des Français ont déjà revendu un cadeau de Noël ou envisageraient de le faire. Entre le soir du 24 décembre et le 25 à midi, le site eBay France a ainsi recensé 100.000 nouvelles annonces, tout comme en 2016. Un chiffre stable, mais qui n’empêche pas l’entreprise d’anticiper une augmentation de 40% du nombre d’annonces d’ici le 26.

Sur la même période, PriceMinister anticipe 500.000 annonces, un chiffre « assez semblable » à l’an dernier, selon son président Olivier Mathiot.

Plus revendus

Comme les années précédentes, les cadeaux les plus revendus sont les jouets pour adultes, les sous-vêtements, et les best-sellers souvent reçus en double. Notamment des Lego Star Wars ou des iPhone, précise PriceMinister .

Sur Le Bon Coin, le nombre de dépôts dans les catégories jeux/jouets et téléphonie/console/jeux vidéo est très au-dessus de la moyenne du reste de l’année, de respectivement 40% et 30% environ.

Revendre ses cadeaux est un geste qui a tendance à se banaliser, d’après Stéphane Elou, responsable d’un magasin Troc.com à Rennes, spécialisé dans la revente d’objets d’occasion, qui ne rencontre « pratiquement plus » de clients « gênés » par cet acte.

 « Système de portefeuille »

Avec deux Français sur cinq « déçus » par au moins un cadeau, selon un sondage eBay/TNS Sofres, la période d’après-Noël est une aubaine pour les sites d’annonces. Pour chaque transaction réalisée, PriceMinister empoche une commission allant de 5% à 15% du montant de la vente.

Pour « accélérer le rythme » et encourager les Français à se délester des cadeaux qui ne leur conviennent pas, le site a mis en place un « système de portefeuille » : celui-ci permet à un internaute de vendre un bien et de dépenser l’argent reçu directement sur le site, sans avoir à « ressortir sa carte de crédit » lors des soldes de janvier.

Alors que 50% des annonces sont créées depuis un téléphone, PriceMinister a étendu cette année son système de portefeuille au mobile. Pour certains objets référencés, il suffit même de prendre une photo du code-barres, et le site se charge de mettre les photos du produit en ligne.

Fidélisation du client

Chez eBay, les commissions sont offertes pendant cette période. « On mise vraiment sur la fidélisation du client », commente Nathalie Vuaillat, responsable des ventes entre particuliers chez eBay France.

Le site compte lancer une pétition pour un « deuxième Noël », le 14 janvier, jour « le plus déprimant de l’année ». Mme Vuaillant réfute l’idée d’une opération de communication, affirmant qu’il s’agit de « pousser la population française à bénéficier des bonnes affaires » que sont les cadeaux neufs revendus « au rabais ».

Pour M. Elou, la période d’après-Noël est surtout une opportunité d’attirer de nouveaux clients et les fidéliser. Il affirme limiter ses marges et « bien racheter les cadeaux » pour ne pas faire fuir le client qui, même s’il revend un objet, y est attaché symboliquement. Surtout, il pourrait ensuite dépenser l’argent reçu pour d’autres produits du magasin.

Location

Et pour ceux qui rechignent à se débarrasser de cadeaux, il reste la location, notamment pour les outils de bricolage ou les appareils photo et vidéo. Une pratique encore peu répandue, puisque le site e-loue.com n’avait enregistré que 4.200 annonces lundi à la mi-journée. Mais c’est quand même presque deux fois plus que l’année précédente, se réjouit son directeur Alexandre Woog.

SOURCEAFP
SHARE