Des chercheurs ont étudié la personnalité et la sociabilité des joueurs de Pokémon Go

251
©Thomas SAMSON / AFP

Une étude canadienne montre que les personnes plus extraverties ont tendance à mieux jouer aux jeux de réalité augmentée, du type Pokemon Go, qui requièrent des interactions avec les autres.

Des chercheurs de l’université de Colombie britannique ont été les premiers à analyser comment la personnalité des joueurs, leurs compétences sociales, leurs phobies sociales pouvaient affecter l’issue du jeu.

Comme les jeux vidéo traditionnels se jouent habituellement en intérieur, et parfois seul, ils ont la réputation d’attirer les introvertis plutôt que les extravertis. Mais grâce à l’engouement suscité par Pokémon Go les joueurs se sont retrouvés à sortir et à former des groupes.

Pour mener leur étude, les chercheurs ont recruté 101 adeptes de Pokémon Go âgés de 18 à 28 ans et leur ont demandé de compléter des questionnaires concernant leur personnalité, leurs anxiétés sociales et leurs compétences sociales. Les participants ont aussi joué pendant 20 minutes sous le regard des chercheurs.

Les joueurs avec de bonnes compétences sociales plus efficaces

Ils sont arrivés à la conclusion que les participants confiants avaient de meilleurs résultats que ceux qui se décrivaient comme renfermés, attrapant plus de Pokémon, visitant plus de PokéStops et se déplaçant sur de plus longues distances.

« Cela vient contrer le stéréotype prédominant que les gamers ne sont pas à l’aise socialement », a commenté Adri Khalis, en charge de l’étude. « Nous pensons plutôt que les jeux vidéo modernes, comme ceux qui impliquent la réalité augmentée, ont de nombreux aspects sociaux et c’est pourquoi les joueurs doivent avoir de bonnes compétences sociales pour bien se débrouiller dans le jeu. »

« Nous avons trouvé que les joueurs angoissés en présence des autres étaient moins susceptibles de s’adonner au jeu par peur du jugement d’autrui », a continué le professeur. « Ils peuvent hésiter à jouer lorsque d’autres les regardent et ils sont moins susceptibles de collaborer avec d’autres joueurs, en partageant des astuces ou en montrant où se trouve le Pokémon le plus proche. »

Aider les personnes moins à l’aise en société

Les chercheurs s’intéressent désormais à voir comment les jeux vidéo de réalité augmentée pourraient aider les personnes moins à l’aise en société et introduire une évolution dans la collaboration.

« Au début, les joueurs n’auront peut-être besoin que de communiquer avec l’autre par message écrit, mais plus le jeu avancera plus ils devront entrer en contact physique pour collaborer et gagner », explique le professeur Khalis. « Le jeu offre un contexte facilitateur d’interactions avec l’autre plutôt que d’aller s’adresser directement à un inconnu dans la rue et d’engager la conversation. »

Cette étude a été reprise par la revue Personality and Individual Differences.