La Chine souhaite une loi anti-diffamation pour protéger ses « héros »

112
AFP

La Chine envisage une loi visant à punir les individus qui insulteraient ou diffameraient les « héros » célébrés par l’histoire officielle du régime communiste, a annoncé vendredi le parlement.

Le comité permanent de l’Assemblée nationale populaire (ANP) étudie un projet de « Loi sur la protection des héros et des martyrs » afin notamment de « promouvoir le patriotisme », a-t-il indiqué sur son site internet.

« L’esprit patriotique »

Depuis son arrivée au pouvoir fin 2012, le président chinois Xi Jinping entend stimuler « l’esprit patriotique » de ses concitoyens, entre autres pour renforcer la légitimité du Parti communiste au pouvoir. L’ANP, chambre d’enregistrement du régime, a déjà voté en novembre une loi qui punit d’un maximum de trois ans d’emprisonnement toute personne qui manquerait de respect à l’hymne national. La Chine dispose également d’autres lois encadrant l’utilisation de son drapeau.

Protéger la réputation

Si le nouveau texte actuellement à l’étude était adopté, chaque entité, de la police aux opérateurs internet, aura la responsabilité de protéger la réputation et l’honneur des héros, notamment en informant les autorités de toute infraction, a noté l’agence Chine nouvelle.
« Ceux qui s’approprient, endommagent ou souillent des monuments commémoratifs, de même que ceux qui insultent ou diffament des héros ou des martyrs, pourront être soumis à des sanctions administratives, voire pénales », souligne le document, selon la même source.

Demande d’excuses

En 2016, un tribunal de Pékin avait exigé de l’ex-responsable d’un magazine des excuses publiques pour avoir remis en cause l’histoire officielle de cinq héros communistes de la Seconde Guerre mondiale.

Hong Zhenkuai, ancien rédacteur en chef de la revue Yanhuang Chunqiu, avait émis des doutes sur le récit des « Cinq guerriers du mont Langyashan », relatant l’histoire de soldats préférant se jeter d’une falaise plutôt que de se rendre à l’armée japonaise. Ces cinq hommes sont célébrés comme des patriotes dans les manuels scolaires.
Selon le tribunal, M. Hong avait « terni leur réputation et leur honneur » et blessé les sentiments de leurs deux fils ainsi que ceux de « l’ensemble du peuple chinois ».

SHARE