Près d’un Wallon sur deux compte le nombre de verres qu’il peut boire avant de conduire

239
Belga / N. Maeterlinck

Près d’un Wallon sur deux (45%) compte le nombre de verres qu’il est autorisé à boire avant de prendre le volant, ressort-il d’une étude de Vias.

L’intention est bonne. Mais l’institut belge de la sécurité routière prévient : il est «très dangereux d’estimer le nombre de verres que l’on peut boire avant d’atteindre la limite légale», car celui-ci ne sera pas le même d’un individu à l’autre. Beaucoup risquent dès lors d’être surpris lors d’un contrôle d’alcoolémie.

La majorité des Wallons (52%) estime que l’on peut boire deux verres avant de conduire. Or, la quantité d’alcool pouvant être consommée avant d’atteindre la limite légale dépend de nombreux paramètres comme le poids de l’individu, le rythme auquel il boit, l’absorption préalable d’un repas, etc. Compter le nombre de verres peut s’avérer dès lors être un moyen de contrôle assez risqué.

Des solutions pour ne pas reprendre le volant

L’étude menée par Vias relève encore que les hôtes ont pris conscience de leur responsabilité lorsqu’ils reçoivent pour les fêtes. Ainsi plus de 9 sur 10 (93%) prennent des mesures pour éviter que leurs invités ne prennent le volant sous l’influence de l’alcool. En Wallonie, un hôte sur deux propose à ses convives de dormir sur place. Ils ne sont que 36% à Bruxelles, une proportion plus faible expliquée par une meilleure offre de transports en commun.