Comment réduire le mauvais cholestérol ?

144
©AlexRaths / Istock.com

Comment réduire son taux de LDL (lipoprotéine de basse densité) dit mauvais cholestérol, principal facteur de risque des maladies cardiovasculaires ?

Voici quelques actions concrètes pour le dompter tandis qu’une étude publiée lundi 11 décembre pointe du doigt la présence d’athérosclérose, des plaques d’athérome formées de lipides sur les parois des artères, chez 50% des 40-54 ans en apparente bonne santé.

La santé du coeur s’évalue traditionnellement en fonction de facteurs de risque tels que le poids, l’indice de masse corporelle (IMC), la tension, le taux de cholestérol, les niveaux de glucose et la circonférence de la taille ainsi que le tabac, l’alcool et la sédentarité.

Les taux devraient-ils être revus ?

Malgré l’absence de risques cardiovasculaires, 50% des 40-54 ans en apparente bonne santé auraient de l’athérosclérose, des plaques d’athérome formées de lipides sur les parois des artères, selon une étude espagnole publiée ce lundi 11 décembre suggérant que les taux de mauvais cholestérol (LDL) considérés comme normaux devraient être réduits.

Un taux de mauvais cholestérol dépassant 160 milligrammes par décilitre de sang est aujourd’hui considéré élevé. Des taux entre 130 mg/dL et 159 mg/dL flirtent eux avec la limite.

Dès que le taux de LDL-C (mauvais cholestérol) est supérieur à 1,9 g/L, il faut suspecter une maladie génétique appelée hypercholestérolémie familiale qui est par définition indépendante des facteurs de mode de vie.

Un mode de vie équilibré

Grâce à un mode de vie équilibré, il est possible de dompter le taux de mauvais cholestérol. L’alimentation est par exemple primordiale pour abaisser le taux de LDL : augmenter sa consommation en fruits et légumes (3 à 5 portions par jour) et en poissons gras (saumon, thon, sardines) riches en acides gras essentiels (oméga-3) tout en réduisant le sel (charcuterie, fromage) permet notamment de combattre l’obésité et le surpoids.

Deux céréales, l’orge et l’avoine, riches en bêta-glucane, fibre soluble très visqueuse ont montré leur efficacité pour réduire le cholestérol total et les LDL, jusqu’à 7% selon une étude canadienne publiée en 2016 dans l’European Journal of Clinical Nutrition. Les deux céréales peuvent être consommées sous forme de son, farine, grains entiers ou concassés et flocons à raison de 3 g par jour, soit l’équivalent de 30 à 40 g d’avoine ou d’orge.

Les bienfaits des amandes

Autre famille d’aliments efficaces pour dompter le cholestérol sanguin, les oléagineux préviennent le risque cardiovasculaire: par exemple, consommer 43 grammes d’amandes par jour, soit l’équivalent d’une grosse poignée (100 calories) améliore la fonction de transport du mauvais cholestérol sanguin vers le foie, selon une étude publiée en août 2017 dans le « Journal of Nutrition ».

Quant aux statines ces médicaments anti-cholestérol controversé en raison de leurs effets secondaires, elles sont aujourd’hui largement prescrites à titre préventif, dès lors que le taux de cholestérol d’un patient dépasse certains seuils, variables selon les situations ou les pays. Le bénéfice/risque du traitement doit donc être évalué et discuté avec un médecin cardiologue et faire l’objet d’un suivi.

Pour prévenir les infarctus et les AVC chez les sujets jeunes apparemment en bonne santé, les spécialistes préconisent des contrôles dès 20 ans – les femmes pouvant commencer à développer l’athérosclérose dès l’adolescence – ainsi que la mise en place de nouveaux marqueurs d’athérosclérose à des stades précoces.