Et sinon, il est comment le nouveau Star Wars (The Last Jedi) ?

199
Photo: Lucasfilm Ltd. ..© 2017

«Il est comment le nouveau ‘Star Wars’?» Je dois avouer que je n’ai jamais trouvé facile de répondre à cette question. D’accord, les préquelles fournies par George Lucas il y a 15 ans laissaient beaucoup à désirer, c’est indéniable. Mais les nouveaux films?

Après avoir vu ‘The Last Jedi’, je pense savoir ce que je dois dire désormais: demander comment est le nouveau ‘Star Wars’, c’est comme demander quel goût a le Coca que le garçon de café vient de vous servir. Au café, ils exagèrent parfois avec les glaçons, parfois ils vous rajoutent une rondelle de citron et un petit bol de cacahuètes, mais dans le fond, la boisson a toujours exactement le même goût. Et il y a une bonne raison à cela: les fabricants savent que la formule qu’ils ont trouvée satisfait un large public, et ils ne se sentent donc pas appelés à y changer grand-chose. Ou pour le formuler autrement: ‘Star Wars’ est une marque et chaque nouvel épisode doit donc répondre à une série de règles très strictes.

Ce n’est pas pour rien que, tant pour l’épisode ‘The Force Awakens’ (‘Le réveil de la Force’), l’‘Episode IX’, qui n’a pas encore de titre, ou le film ‘Han Solo’ à venir, le réalisateur ou le scénariste principal ont, à un moment donné, jeté l’éponge en raison de divergences créatives. Avec ‘Star Wars’, on s’adapte ou on se casse. On peut tout au plus apporter quelques variations sur des thèmes familiers et c’est précisément ce que fait Rian Johnson dans ‘The Last Jedi’. Outre le retour de vieilles connaissances, nous avons droit à une sorte de nouveau Han Solo, Luke qui donne des leçons à la Yoda, Luke qui fait un truc à la façon Obi-wan Kenobi, des bébêtes qui pourraient être apparentées aux Ewoks, etc.

Pour le reste, l’intrigue est constituée d’une succession de missions, de sauvetages in extremis et suffisamment de trous pour y faire passer un Imperial Destroyer. Bref, rien de neuf dans cet univers. ‘Star Wars’ est et reste un conte pour un jeune public, ce qui ressort aussi du fait que tout est expliqué trois fois. Non pas que cela empêche Johnson de dormir, et pourquoi d’ailleurs en serait-il ainsi? Il s’amuse comme un gamin qui a reçu de Saint Nicolas une boîte de figurines de ‘Star Wars’ et rejoue les aventures qu’il a vues à l’écran.

Et à tout seigneur, tout honneur: il fait montre, par moments, d’un sens de l’humour subtil et propose le meilleur gag de toute la saga (ne ratez pas le fer à repasser). ‘The Last Jedi’ est un bon Coca.

SOURCERuben Nollet
SHARE