Série de la semaine : «The Crown» saison 2 : tensions à Buckingham

202
Ph. Netflix

Chaque semaine, Metro se penche sur une nouvelle série télé à venir. Une fois n’est pas coutume, notre focus hebdomadaire s’intéresse à la très attendue deuxième saison de l’excellent biopic «The Crown», qui arrive ce vendredi sur Netflix. Cette deuxième salve explore le règne de la reine Elisabeth II au début des années 1960.

Le pitch

Ces 10 nouveaux épisodes se concentrent sur la fin des années 50 jusqu’au milieu des années 60. Élisabeth II (Claire Foy) est-elle assez solide pour diriger le Royaume-Uni? Saura-t-elle gérer les déconvenues politiques, comme le scandale de son troisième Premier ministre, et les excès de son mari, le prince Philip?

Alors que l’Angleterre connaît des transformations profondes dans les «sixties» et que les tensions grandissent dans les couloirs de Buckingham Palace, la reine devra plus que jamais asseoir son autorité et se montrer inflexible.

Les promesses

Lauréate du Golden Globe de la meilleure série dramatique l’année dernière, «The Crown» a séduit le public par ses décors et costumes somptueux, son souci des détails historiques et le formidable jeu d’actrice de Claire Foy (également récompensée aux Golden Globes). Mais la série parviendra-t-elle à captiver sur la durée? Cette deuxième saison s’annonce en tout cas pleine de remous et de tensions.

Les premières critiques sont un peu moins élogieuses que pour la première saison et font état d’une deuxième salve plus sombre, voire plus froide. «The Telegraph» la décrit comme «de bon goût, émotionnellement riche et fourmillant d’observations historiques intelligentes. Mais la saison 2 a un peu moins à dire que la première, même si elle couvre des temps plus tumultueux».

Ph. Netflix

Cette deuxième saison semble toutefois creuser plus profondément dans la psychologie du personnage principal, en se focalisant sur les problèmes personnels d’Elisabeth II. «La saison dépeint à quel point elle prend prématurément de l’âge à cause de son statut (…) Parce qu’elle est déterminée à être un bon monarque, elle ne peut jamais vraiment vivre pour elle-même», explique le magazine Variety.

Même si les critiques sont plus divisées que pour la première saison, on peut toujours compter sur les deux créateurs de la série, Peter Morgan (un excellent dramaturge) et Stephen Daldry, pour nous offrir des moments grandioses.

Cette deuxième saison sera la dernière avec Claire Foy dans la peau de la monarque britannique. L’actrice laissera en effet le trône à Olivia Coleman («Broadchurch») dans la saison 3, afin de suivre le vieillissement des personnages. Cette transition devra être réalisée avec subtilité pour ne pas perdre de téléspectateurs en cours de route.