Le rapport d’autopsie de Chester Bennington dévoilé

54
Rich Fury/Getty Images for iHeartMedia/AFP

Le chanteur du groupe Linkin Park avait une petite quantité d’alcool dans le sang lorsqu’il s’est suicidé en juillet dernier, selon le rapport d’autopsie.

Selon le rapport d’autopsie et celui de toxicologie qui ont été obtenus par les magazines TMZ et People, Chester Bennington avait une petite quantité d’alcool dans le sang avant de s’ôter la vie.

Pas de drogue

Après un premier test sanguin, le corps du chanteur avait été « présumé positif » à la MDMA, une molécule que l’on retrouve dans l’ecstasy. Mais deux tests d’urine supplémentaires n’ont finalement pas détecté la présence de drogue. Les autorités avaient par ailleurs retrouvé un flacon de zolpidem, un somnifère, et deux bouteilles de bière sur une table de la maison, l’une vide, l’autre à moitié.

En 2006, Chester Bennington avait déjà tenté de mettre fin à ses jours en quittant sa maison avec une arme après avoir beaucoup bu. Des antidépresseurs lui avaient alors été prescrits mais, selon sa femme, le chanteur ne les prenait plus depuis un an.