Les réactions suite à la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d’Israël

AFP / T. Coex

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a salué mercredi comme un «jour historique» la reconnaissance par le président américain Donald Trump de Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël.

Benjmain Netanyahu a aussi affirmé que la décision du président américain ne changerait rien en ce qui concerne les lieux saints des trois grandes religions monothéistes à Jérusalem, affirmant l’engagement israélien à maintenir le «statu quo».

« Regrettable »

Les républicains et une partie des démocrates aux États-Unis ont salué  la décision du président Trump.

Cependant, les réactions hostiles à cette annonce de Washington se multiplient.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a affirmé mercredi que les États-Unis ne pouvaient plus jouer leur rôle historique d’intermédiaire de la paix avec les Israéliens.

Les principales capitales européennes désapprouvent la décision du président américain. Le président français Emmanuel Macron l’a qualifiée de «regrettable». La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que son gouvernement ne soutenait pas ce choix.

L’Arabie saoudite a regretté jeudi la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, jugeant qu’elle est «injustifiée et irresponsable».

Prudence est de mise sur place

« Il y a beaucoup d’amertume » face à cette décision, a reconnu le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders.

Les Affaires étrangères ont légèrement adapté leur avis de voyage pour Israël. Il est conseillé aux Belges présents à Jérusalem de se tenir à l’écart des manifestations qui ont été convoquées.

«Des troubles peuvent éclater à Jérusalem, en Cisjordanie et à Gaza à partir du 06 décembre 2017», peut-on lire sur le site des Affaires étrangères. «En effet, des appels à manifester ont été lancés à partir du mercredi 6 décembre. Il convient de rester à l’écart de ces manifestations et des rassemblements de foule».

Avant la décision historique du président américain, les Affaires étrangères recommandaient déjà aux voyageurs de faire preuve d’une grande vigilance en raison du regain de tension en Israël, en Cisjordanie et à Jérusalem. Tous les voyages vers la Bande de Gaza sont par ailleurs formellement déconseillés.

Le Conseil de sécurité se réunit d’urgence

Le Conseil de sécurité de l’ONU se réunira en urgence vendredi matin sur la reconnaissance unilatérale par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël, a indiqué mercredi la présidence japonaise du Conseil.

Huit pays ont demandé dans la soirée de mercredi la tenue d’ »une réunion d’urgence du Conseil, avec un exposé du secrétaire général, avant la fin de la semaine», selon un communiqué de la mission suédoise.

Les missions de Bolivie, d’Egypte, de France, d’Italie, du Sénégal, du Royaume-Uni et d’Uruguay sont associées à cette demande, soit quatre pays européens, deux sud-américains et deux africains.

Le Conseil doit évoquer d’autres sujets à partir de 16h00 heure belge vendredi et la question de Jérusalem interviendra après, probablement en fin de matinée, a précisé cette même source de la présidence japonaise.

La situation au Proche-Orient sera aussi évoquée lundi par les ministres européens des Affaires étrangères, alors que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est attendu à Bruxelles.