Test : Need for Speed Payback – Fast mais pas vraiment Furious

219

Après un dernier épisode décevant, la saga Need for Speed revient avec Payback, un titre résolument arcade inspiré par Forza Horizon, The Crew ou encore les films Fast & Furious.

Les premiers tours de roue dans Need for Speed Payback sont emballants. Finie l’ambiance sombre de l’épisode précédent. On se retrouve en plein désert au volant de bolides surpuissants. Quelques minutes plus tard, on est pris dans une course-poursuite complètement folle dans une mission largement inspirée du film Fast & Furious. Cerise sur le gâteau, la sensation de vitesse est bien réelle et les graphismes sont vraiment réussis, du moins sur les versions PS4 Pro et Xbox One X.

Pourtant, plus les heures passent et plus notre emballement retombe. Finalement, il n’y a que très peu de missions spectaculaires à la Fast & Furious et de poursuites contre la police comme dans les bons vieux Need for Speed. La campagne solo offre certes de longues heures de jeu, mais elle s’avère très ennuyante sur le long terme. On passe la majeure partie de son temps à relier deux missions et à se rendre dans un atelier pour booster son véhicule. Il faut obligatoirement maîtriser les cinq styles de conduite dans le jeu et donc se farcir les courses de drift pour progresser. On débloque des belles voitures, mais la progression incite malheureusement à améliorer son véhicule plutôt que d’en acheter des neufs.

Need for Speed Payback est un drôle d’épisode, à la fois encourageant et décevant. Il y a du bon mais le jeu manque de cohérence et d’une identité propre pour être vraiment marquant.

REVIEW OVERVIEW
Need for Speed Payback
SHARE