Glyphosate: «il faut changer les pratiques»

176

L’Union européenne a décidé de prolonger l’autorisation d’utilisation du glyphosate pour cinq. Selon les experts, il sera difficile de se passer de ce produit sans un profond changement de pratiques.

Il n’existe pas, à l’heure actuelle, de réelle alternative chimique au glyphosate, explique Bruno Schiffers, responsable du laboratoire de phytopharmacie à la faculté d’agro-bio-tech de Gembloux. Pour cet agronome, la solution ne réside pas dans la recherche d’un remplaçant de cet herbicide controversé, mais dans l’utilisation d’autres techniques agricoles.

Cet avis est partagé par Michel De Proft, directeur scientifique de l’unité de protection des plantes du centre wallon de recherches agronomiques (C-RAW). «Un produit alternatif, avec les mêmes vertus et sans les défauts du glyphosate, n’existe pas. Pour cultiver sans cette substance active, tout le système de culture et de gestion, notamment des mauvaises herbes, doit changer», souligne-t-il.