Sécheresse historique en Espagne et au Portugal

AFP / J. Guererro

Fleuves quasi à sec, incendies mortels à répétition, agriculteurs désespérés… L’Espagne et le Portugal affrontent une sécheresse prolongée qui menace de devenir plus fréquente avec le changement climatique.

Depuis trois ans, il pleut moins que prévu sur les deux tiers de l’Espagne. Au Portugal, presque tout le territoire est frappé par la sécheresse depuis six mois consécutifs, ce qui n’était plus arrivé depuis 2005. Les agriculteurs sont touchés de plein fouet. « C’est une situation ruineuse« , se désole José Ramon Gonzalez, petit éleveur de bovins de Galice. Faute de pâture, il a dû acheter du fourrage dès juillet, quatre mois plus tôt que d’habitude.

Au 31 octobre, l’entité gérant les assurances agricoles espagnoles, Agroseguro, recensait 1,38 million d’hectares de céréales, de tournesols ou d’oliviers touchés par la sécheresse ou le gel en Espagne. Cela a occasionné un coût de plus de 200 millions € en indemnisations.

AFP / M. Riopa

« C’est comme quand vous êtes malade: vous vous sentez impuissant, vous ne pouvez rien faire. Ici, la maladie s’appelle sécheresse« , confie Vicente Ortiz, agriculteur et éleveur au sud de Madrid. Il affirme que sa récolte de céréales a dégringolé de 70% par rapport à l’année dernière. Et l’assèchement des cultures et des forêts favorise les incendies, qui ont fait 109 morts cette année au Portugal et cinq en Galice.

Conflits pour l’eau

Les retenues d’eau affichent des niveaux anormalement bas. Au Portugal, 28 sur 60 étaient en octobre à moins de 40% de leur capacité totale. Ce week-end, une centaine de camions de pompiers ont commencé à transvaser l’eau d’un barrage vers un autre, 60 kilomètres plus loin, qui alimente la ville de Viseu.

En Espagne, les retenues d’eau du Tage, qui se jette dans l’Atlantique à Lisbonne, étaient le 13 novembre à moins de 40% de leur capacité moyenne. Celles du Douro, qui a son embouchure à Porto, étaient encore plus basses, et celles du Segura, qui irrigue d’immenses serres dans le sud-est de la péninsule, étaient tombées à 13% de leurs capacités. Cela alimente des conflits entre agriculteurs et entre régions pour l’usage de l’eau.

AFP / M. Riopa

 

Risques climatiques

Et de telles sécheresses risquent de s’accentuer à l’avenir. « Depuis 1980, l’Espagne montre des signes de changement climatique, qui se sont accentués depuis l’an 2000« , souligne Jorge Olcina, géographe à l’université d’Alicante. « Le climat de l’Espagne tend à avoir des caractéristiques plus subtropicales: températures plus élevées et pluies plus rares et plus intenses. Donc les risques climatiques liés aux températures (vagues de chaleur) et à la pluie (sécheresse et inondations) vont augmenter dans les prochaines décennies« , prévient-il.

Les gouvernements ont débloqué des fonds pour dédommager les agriculteurs, mais pour ces derniers, la seule solution viendra d’un retour de la pluie. « On regarde constamment le ciel« , lâche Vicente Ortiz.