«Les kits mains-libres détournent notre attention»

22
Belga / L. DIEFFEMBACQ

Alors que 300 amendes sont délivrées quotidiennement en Belgique pour l’usage de GSM au volant, le porte-parole de l’Institut Vias Benoit Godart estime que les kits mains-libres ne peuvent pas être considérés comme des alternatives exemptes de tout danger.

Quel regard portez-vous sur l’augmentation de sanctions à l’égard des cyclistes?

«Plus il y a de cyclistes, plus il y aura d’infractions les concernant. Il faut savoir que le vélo est considéré comme un véhicule. Tout conducteur, même à cheval, à l’interdiction d’utiliser le téléphone au guidon ou au volant car ça équivaut à «s’amputer d’une main», ce qui est très dangereux. D’une part, dans la liberté de manœuvre et d’autre part, parce que la personne se coupe du reste de la circulation. C’est pourtant très facile de s’arrêter à vélo.»

Belga / D. Waem

Les usagers de la route sont-ils sanctionnés de la même manière?

«Oui, les sanctions sont similaires pour tous les usagers des voiries. Alors que le montant était de 110€, les tarifs ont été indexés. Les fautifs doivent désormais s’acquitter de 116 €.»

Les kits mains-libres constituent-ils de vraies solutions ou sont-ils des dangers déguisés?

«Première chose: Il faut respecter la loi qui interdit la conduite avec un GSM en main. Deuxième chose: une expérience que nous avons menée montre que les conducteurs étaient distraits par l’utilisation de kits mains-libres. Avec pour seule de directive de monter sur l’autoroute et de descendre à la première sortie, des personnes en conversations téléphonique avec ces kits s’étaient faites flasher, d’autres ont loupé la sortie. On avait aussi remarqué que les utilisateurs de ce type de dispositif jetaient beaucoup moins de regards vers les rétroviseurs.»

Quels sont les gestes à adopter, finalement?

«L’utilisation des kits mains-libres doit être limitée au plus urgent. Il faut essayer de postposer la conversation pour conduire dans les meilleures circonstances. Se garer le cas échéant, pour la poursuivre. Dans tous les cas, il faut éviter de longues conversations téléphoniques avec les kits mains-libres car les dangers sont réels parce qu’ils forment une sorte de bulle qui détourne notre attention et où les conversations absorbent nos concentrations.»

Gaëtan Gras

SOURCEGaëtan Gras
SHARE