À la découverte de la BlizzCon, la convention des fans des jeux vidéo Blizzard

1096
Joe Scarnici/AFP

Chaque année, depuis 2005, des milliers de fans de l’univers des jeux vidéo Blizzard se donnent rendez-vous en Californie pour un gigantesque événement dédié à leur passion. Metro était à la BlizzCon 2017 pour vous faire vivre cette convention de l’intérieur.

Blizzard est un éditeur de jeu vidéo à part. Avec des jeux aussi réputés que Warcraft, Diablo, Starcraft et plus récemment Overwatch, le développeur californien est devenu une véritable icône pour des millions de joueurs à travers le monde. Chaque année, ils se rassemblent à Anaheim, près de Los Angeles, afin de partager leur passion et d’en apprendre plus sur leurs jeux favoris. Parmi eux, il y avait Aelya et Quantic, le couple de blogueurs derrière Coupleofpixels.be. Ils reviennent sur ces deux jours de fête.

Tout a commencé en 2005 avec quelques milliers de fans, mais aujourd’hui la BlizzCon est devenue une véritable institution. Traditionnellement, tout commence par une courte cérémonie d’ouverture au cours de laquelle les développeurs font le tour des nouveautés, rencontrant l’enthousiasme des fans. On se souviendra longtemps des cris d’appels «Pour l’Alliance» et «Pour la Horde» scandés par les fans de World of Warcraft ou encore du frisson ressenti en découvrant la cinématique de la nouvelle extension, Blizzard ayant le don pour créer l’émotion et le buzz.

La BlizzCon 2017 en chiffres :
– Plus de 110.000 mètre carré d’exposition
– Plus de 2.500 employés Blizzard présents sur place
– Plus de 30.000 visiteurs en 2017 (contre 8.000 en 2005)
– Une communauté forte de 40 millions de joueurs actifs chaque mois

Une convention conviviale

En effet, la BlizzCon est bien plus qu’une simple opération de communication, c’est peut-être la convention la plus conviviale à laquelle nous ayons participé. À l’image de Blizzard, très actif dans les actions de charité et encourageant la bonne entente entre ses joueurs, les fans présents nous ont étonnés par leur bonne humeur et leur véritable joie de participer à cet événement. On se sent presque en famille et le respect mutuel est permanent.

En plus de pouvoir découvrir les dernières nouveautés et d’assister à des conférences sur la création des jeux, les fans ont aussi l’occasion de rencontrer les développeurs de Blizzard et de discuter un peu avec eux. Cette interaction entre joueurs et développeurs est la marque de fabrique de Blizzard, une initiative très appréciée dans un milieu où les développeurs n’ont que rarement des contacts directs avec leurs fans. Il ne faut pas oublier les nombreux cosplayeurs présents qui incarnent avec brio les personnages très charismatiques des jeux Blizzard.

Muse en concert final

La BlizzCon est aussi le rendez-vous de tous les champions e-sport de la planète avec les championnats du monde de tous les jeux Blizzard. Cette année, à côté des traditionnels Coupe Starcraft ou Heroes of the Storm, c’est surtout le premier championnat du monde d’Overwatch qui aura déchaîné les passions.

Ph. CoupleofPixels.be

Enfin, la convention s’est clôturée sur un énorme concert de Muse. Le groupe est arrivé avec des armures d’orcs et des masques de Reaper et n’a pas hésité à faire monter des cosplayeurs sur scène pour le final. On aurait aimé vous partager une photo, mais impossible de publier quoique ce soit sans l’accord écrit de Muse !

Tous ces éléments font de la BlizzCon une convention très spéciale dans le milieu du jeu vidéo: elle parvient à mélanger brillamment grandes annonces commerciales et conférence sur les dessous des jeux tout en gardant un côté grande fête familiale au cours de laquelle bien des joueurs qui passent leurs soirées à jouer ensemble en ligne se rencontrent pour la première fois.

L’e-sport prend la Blizzcon d’assaut

L’e-sport prend une place de plus en plus grande et Blizzard a joué très tôt le rôle de précurseur avec Starcraft et World of Warcraft. La Blizzcon est donc l’occasion de couronner les champions des principaux jeux Blizzard. Malgré une belle opposition occidentale, la Corée du Sud a encore une fois raflé l’essentiel des récompenses. Si l’adage au football, c’est que l’Allemagne gagne toujours, en e-sport, cela s’applique à merveille à la Corée!

On retiendra quand même une finale haletante entre les Européens de Fnatic et les Coréens de MVP Black sur Heroes of the Storm, ainsi que l’énorme arène dans laquelle s’est déroulé le championnat du monde d’Overwatch. À noter également, le lancement de l’Overwatch League qui entend bien faire d’Overwatch un véritable sport à part entière et devrait donc populariser encore plus l’e-sport dans nos régions.