Le Futur est à nous: des projets pour Bruxelles sur les rails

1460
Ph. D. R.

Pendant près d’un an, de jeunes porteurs de projets ont été soutenus par la Fondation Roi Baudouin pour concrétiser leur rêve : créer une entreprise mettant en avant les atouts de Bruxelles. L’accompagnement est terminé mais leur aventure ne fait que commencer.

Rappelez-vous : pendant plusieurs semaines, Metro vous a présenté les participants à l’opération « Le Futur est à nous » de la Fondation Roi Baudouin. L’objectif de cette opération était de réveiller les talents bruxellois en accompagnant de jeunes apprentis entrepreneurs. Ils étaient 18 à faire partie de l’aventure dès le départ. Ils sont toujours là l’arrivée, avec un bagage en plus : une vision plus claire de leur projet qui n’était souvent qu’une idée sur papier.

Après huit mois d’ateliers et de rencontres, les voilà armés d’un business plan, d’un échéancier et de contacts pour mener à bien leur aventure. Qu’il s’agisse d’une cantine mobile, d’une pièce de théâtre sur les attentats de Bruxelles, d’un salon de beauté différent ou d’un espace de vie intergénérationnel, tous ont fait de sérieux pas en avant.

Jeudi dernier au KVS, ils ont présenté leur état d’avancement et reçu la certification d’avoir suivi les formations proposées par la Fondation Roi Baudouin. Pour certains, la voie est toute tracée pour d’autres, il reste des étapes cruciales à franchir. Impossible de vous faire les détails de tous les projets. Mais voici les témoignages de Safia, Donatien et Marie. Tout n’a pas toujours été facile mais l’expérience fut enrichissante pour chacun.

Safia Bihmedn – Brussely

Ph. D. R.

Une émission en ligne qui met en avant les talents bruxellois. Le projet de nouveau média porté par Safia Bihmedn s’inscrit parfaitement dans l’esprit du Futur est à nous. Cette jeune journaliste, passionnée des médias sociaux , a vite compris qu’à la sortie des études, il fallait faire preuve d’initiatives. Safia sent tout le potentiel des réseaux sociaux pour s’adresser aux locaux. Elle a donc lancé Brussely, une émission visible sur Facebook partant à la rencontre des Bruxellois ingénieux et talentueux.

«Brussely, un média participatif qui se nourrit des réalisations de jeunes bruxellois d’horizons divers qui ont envie de découvrir, filmer, s’exprimer et ont Bruxelles comme terrain de jeu », explique Safia sur sa page Facebook. Avec son bagout et un certain talent face à la caméra, Safia se met en scène dans ses vidéos. Où en est-elle aujourd’hui ? L’expérience apportée par la Fondation Roi Baudouin lui a permis de structurer son projet et d’établir un calendrier, d’acquérir du matériel professionnel mais aussi de rencontrer des spécialistes du monde audiovisuel. Au Futur est à nous, elle a pu travailler avec Jean-Jacques Deleeuw, de BX1, la chaîne régionale bruxelloise. Lors de la soirée de jeudi, on a pu apprécier une première vidéo où elle présentait quelques-uns de ces camarades d’aventure. Une aventure prometteuse !

Pour en savoir plus sur Brussely

Donatien Depuydt – Une monnaie pour Bruxelles

Ph. D. R.

On connaît le valeureux à Liège, le lumsou à Namur, le ropi à Mons. Bruxelles ne dispose pas encore de sa monnaie locale mais Donatien Depuydt entend bien que cela change. Cet employé d’une institution financière souhaite « créer une monnaie échangeable à Bruxelles dans des commerces qui respectent une certaine charte de valeurs », nous a-t-il confié au début de son aventure au Futur est à nous. Huit mois plus tard, le projet a bien évolué. «J’ai eu l’occasion de rencontrer le réseau Financité, spécialisé en finance éthique, pour pouvoir mettre mes forces en commun avec des citoyens intéressés par le projet.»

Et son message a été entendu, puisque des clubs de réflexion, composés d’habitants d’un même quartier, se sont mis en place dans plusieurs communes (Schaerbeek, Etterbeek, Ixelles, Anderlecht, Uccle,…). Ils se réunissent tous les mois pour définir une charte de valeurs communes (écologie, éthique, production,…) avec des commerces qui accepteraient à l’avenir des achats avec cette monnaie locale. L’objectif de cette nouvelle devise : promouvoir le commerce et les producteurs locaux, et le niveau communal apparaît comme le plus adéquat pour agir en ce sens. Le sentiment d’appartenance y est le plus fort. «Mais l’objectif reste d’avoir une monnaie pour l’ensemble du territoire régional.» La dynamique est donc lancée dans la ville et Donatien se dit satisfait de l’avancée du projet : « Cette expérience m’a permis de me challenger et d’avancer de manière structurée ».

Pour en savoir plus sur cette future monnaie locale

Marie Vanden Berghe – Café vélo Marcel

Ph. D. R.

Cycliste engagée, Marie Vanden Berghe rêve d’un endroit convivial où les adeptes de la petite reine pourraient se retrouver pour réparer leur bécane mais aussi échanger avec d’autres adeptes. Au cours d’un stage avec des entrepreneurs sociaux, elle avait déjà élaboré l’idée de son café vélo. Lors des ateliers proposés par le Futur est à nous, cette biologiste de profession l’a peaufiné avec son associé mécanicien. «J’ai visité d’autres endroits de ce genre. Dans mon projet, il y aura de la vente d’accessoires liés au vélo, un café et aussi des ateliers pour apprendre à réparer son vélo. Dans un esprit d’économie circulaire, l’idée aussi est de réaliser des vélos de seconde main à partir d’anciens modèles.»

Elle précise son idée: «Je souhaite avoir un lieu où l’on ne sera pas intimidé d’entrer par ce qu’on y connaît rien en mécanique. Je souhaite aussi créer des ateliers de mécanique pour les filles.» Le business plan sous le bras et le financement quasiment bouclé, Marie est partie à la recherche de lieu pour abriter son café Marcel, du prénom de son grand-père qui lui a appris à rouler à vélo. Il y a peu, elle avait trouvé un espace dans les Marolles, un quartier populaire qui lui semblait idéal. Mais malheureusement des complications administratives n’ont pas encore permis de faire aboutir son projet, du moins momentanément. Si elle a été quelque peu un peu déçue par cet obstacle, Marie ne désespère pas et compte bien persévérer maintenant qu’elle a fondé sa société. On lui souhaite bonne route !

Pour en savoir plus sur le Café-vélo Marcel