Le patron de CMI Bernard Serin docteur honoris causa de l’Université de Liège

648

L’Université de Liège a remis lundi les insignes de docteur honoris causa au patron de CMI Bernard Serin, à l’écrivaine franco-sénégalaise Fatou Diome et au président de l’Association européenne des universités Rolf Tarrach. La cérémonie de remise des insignes s’est déroulée en ce jour du bicentenaire de l’Université de Liège, dont l’acronyme ULg est désormais remplacé par ULiège. « Ces personnalités incarnent respectivement l’ouverture à l’innovation et à l’esprit d’entreprendre, l’engagement intellectuel et la citoyenneté ainsi que les attentes multiples à l’égard des universités dans le développement territorial. Ce sont là trois dimensions que l’on retrouve dès la fondation de l’Université de Liège en tant qu’université d’Etat, donc publique et au service de tous, chargée de participer à l’essor intellectuel, industriel et économique. C’est un rôle que nous ne cessons de poursuivre depuis 200 ans sur notre territoire, au service de la région et de la population », souligne Albert Corhay, recteur d’ULiège.

Bernard Serin est le président/administrateur délégué de Cockerill Maintenance & Ingénierie (CMI), groupe industriel international dont le siège est situé à Seraing au sein du château Cockerill et qui commémore également son bicentenaire en cette année 2017. Le groupe réalise un chiffre d’affaires de 1,2 milliard d’euros et emploie 4.600 personnes dans plus de 20 pays.

A côté de ses romans (« Inassouvies nos vies » en 2008, « Impossible de grandir » en 2013 ou encore « Marianne porte plainte » en 2017), l’écrivaine franco-sénégalaise et professeure de lettres Fatou Diome s’est fait remarquer par ses déclarations chocs, notamment en avril 2015 lorsque 800 migrants ont péri en Méditerranée, dans le naufrage de leur embarcation, en tentant de rallier l’île italienne de Lampedusa depuis les côtes libyennes. « Arrêtez l’hypocrisie, on sera riche ensemble ou on va se noyer tous ensemble », avait-elle dit.

Enfin, Rolf Tarrach est président de l’EUA (Association Européenne des Universités) depuis avril 2015, après avoir été pendant près de dix ans le recteur de la jeune université du Luxembourg dont il a développé les structures, les programmes et le staff académique tout en contribuant à la renommée internationale de l’institution. Il continue d’y enseigner la physique.

Source: Belga