Garde d’enfants: baby-sitter ou nounou ?

1940
AFP / S. De Sakutin

La plateforme collaborative de garde d’enfant Yoopies.be observe une augmentation des tarifs de garde d’enfants. Les carences des services de garde d’enfant proposés aux parents ne seraient pas toujours adaptés aux besoins.

9,16€ par heure de baby-sitting à Bruxelles, 8,30€ en Hainaut et 6,61€ en province de Limbourg. Comment expliquer ces différences? Par la loi de l’offre et de la demande, répond Yoopies.be. Celle qui se définit comme la première plate-forme de garde d’enfants en Europe a ainsi dressé la cartographie des tarifs moyens demandés pour une heure de garde d’enfants (baby-sitter, accueillant conventionné ONE, indépendant,…) sur son site. Elle constate aussi une augmentation généralisée des tarifs de 2% sur l’ensemble du territoire.

Source: Yoopies.be

Des heures de pointe

Cette hausse, Benjamin Suchar, directeur du service en ligne, l’explique notamment par les carences des garderies organisées en Belgique. Crèches et écoles en organisent mais insuffisamment, obligeant les parents à se tourner vers des solutions individualisées, comme les babysitters.

Selon une enquête menée par Yoopies auprès de ses utilisateurs, 10% d’entre eux voudraient une solution de garde avant 7h, et près de 27% après 18h. Ces parents ont particulièrement du mal à faire garder leurs enfants lorsque leur journée de travail commence tôt ou se termine tard.

Et les entreprises

À la Ligue des Familles, on dresse le même constat sur le manque de services de garderie aux horaires larges. L’association en appelle aux pouvoirs publics mais aussi aux employeurs. Il faut ramener un équilibre entre vie familiale et vie professionnelle.

Yoopies lance un nouveau service à destination des entreprises (Yoopies at work), en mettant en contact les employés qui recherchent les mêmes solutions de garde pour leurs enfants.

Mais sur le long terme, Benjamin Suchar suggère en Belgique la création d’un statut pour celles et ceux qui voudraient garder des enfants régulièrement mais pas à temps plein. «Ce statut serait plus favorisé financièrement que le baby-sitting et moins contraignant en terme de formation que celui-ci de l’accueillant(e) conventionné(e). L’idée n’est pas d’y mettre des barrières, mais de protéger les personnes qui voudraient se lancer dans cette activité.»

Les règles du baby-sitting

Le baby-sitting répond à quelques conditions au niveau légal. Un ou une baby-sitter doit avoir au minimum 15 ans et peut travailler jusqu’à huit heures par semaine sans devoir être assujetti à la sécurité sociale. Un contrat de travail de type étudiant peut être conclu. Active dans le secteur, la Ligue des Familles garantit par son service la formation des baby-sitters, des assurances et un tarif horaire encadré entre 6 et 7,5€. Le prix varie en fonction de la prestation (plusieurs enfants, handicap,…). Au-delà de huit heures, le baby-sitter ou nounou doit payer des cotisations sociales à l’ONSS.