Rudi Vervoort demande un vote de confiance au gouvernement bruxellois

BELGA PHOTO DIRK WAEM

Le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort, a demandé lundi au parlement bruxellois de réitérer sa confiance en son gouvernement.

Les ministres régionaux se réuniront lundi en fin de matinée pour préparer le projet de motion de confiance qui sera transmis au président du parlement, Charles Picqué. Le vote interviendra dans les 48 heures, soir mercredi en début d’après-midi.

Le ministre-président a fait part de cette intention, lundi à la fin de son allocution de rentrée consacrée à un état des lieux de l’action de son gouvernement, et des intentions de celui-ci pour les prochains mois, dans le contexte de la crise politique intra-francophone de l’été.

Cette crise née de la volonté du président du cdH, Benoît Lutgen, de ne plus gouverner avec les socialistes auxquels son parti est associé, n’a pas abouti à la formation d’une majorité alternative à Bruxelles, mais la tension a été palpable à plusieurs moments entre les partenaires francophones de la majorité bruxelloise.

« Pour que la stabilité perdure »

«J’ai décidé de remettre la question de confiance devant ce parlement», a dit M. Vervoort (PS). Celui-ci a comparé l’annonce de Guy Lutgen à «un vent contraire venu du sud, je devrais dire une tornade…, dont j’ai la faiblesse de croire qu’il a surpris tout le monde dans mon gouvernement».

Selon Rudi Vervoort, cette situation n’a toutefois pas porté atteinte à la volonté de poursuivre le travail des six partenaires de son gouvernement qui ont continué à oeuvrer «pour que la stabilité perdure face à la crise que nous n’avons pas voulue», a-t-il ajouté.

Le ministre-président a par ailleurs fait le point dans les grandes lignes sur le chemin parcouru par l’exécutif régional, mais aussi sur une série de chantiers encore à concrétiser dans les différents domaines de compétences de la Région au cours de l’année parlementaire qui commence.