L’Ecosse pourrait devenir le premier pays à fournir des tampons et serviettes hygiéniques gratuitement

AFP / Belga

En Ecosse, les femmes pourraient bientôt avoir accès gratuitement aux tampons et serviettes hygiéniques. 

Après les multiples mouvements de protestations concernant la « taxe tampon » dans plusieurs pays européens, l’Union européenne annonçait, début de l’année passée, son intention de laisser le choix aux 28 membres de supprimer complètement la taxe sur les protections périodiques. Aujourd’hui, l’Ecosse pourrait aller encore plus loin dans cette démarche. Le pays est en bonne voie pour devenir le premier pays du monde à offrir un accès gratuit aux tampons et serviettes hygiéniques selon The Independent.

« Un droit fondamental »

La député Monica Lennon, du parti travailliste écossais, a lancé lundi une consultation publique qui permettrait faire de passer comme un « droit fondamental » l’obligation de fournir des produits sanitaires gratuitement dans les endroits accessibles tels que les cliniques, les pharmacies ou encore les centres de jeunes par exemple comme l’explique le Daily Record.

Ce dernier permettrait alors écoles, aux collèges et aux universités de fournir ces produits de première nécessité dans les toilettes des établissements. « Pendant trop longtemps les menstruations ont été un sujet tabou », a déclaré Madame Lennon, « l’Ecosse a la possibilité d’être un leader mondial dans la fin de la précarité menstruelle ».

Pas de moyens financiers

« L’accès aux produits sanitaires devrait être un droit fondamental mais malheureusement en Ecosse nous savons que tout le monde ne peut pas se le permettre », rajoute-t-elle.   Un rapport avait par ailleurs révélé l’année passée que de jeunes femmes du Royaume-Uni étaient obligées de sauter les cours pendant leurs règles ne pouvant pas se permettre financièrement l’achat de protections hygiéniques. Certaines d’entre elles allaient même jusqu’à utiliser des tissus ou encore des chaussettes à la place des tampons. « Les règles ne devraient jamais constituer un fardeau financier pour les femmes » a déclaré Monica Lennon à la CBC.

Un appel de financement avait par ailleurs été lancé cette année sur la question de la pauvreté menstruelle après qu’un agent travaillant dans une école ait constaté que les élèves devaient souvent compter sur l’aide des enseignants pour acheter des produits de première nécessité, selon The Independent. Le gouvernement écossais a d’ailleurs récemment annoncé son intention d’exécuter un projet pilote de six mois à Aberdeen offrant aux femmes et aux filles des ménages à faibles revenus des produis sanitaires gratuits.