Test : Splatoon 2, le retour des calamars sur Nintendo Switch

1718

Splatoon avait été l’un de nos coups de cœur de l’été 2015. Cette nouvelle licence «Made in Nintendo» était venue mettre un peu de couleurs sur une Wii U déjà moribonde. Deux ans plus tard, Splatoon revient pour une suite sur la nouvelle Nintendo Switch.

Le concept de Splatoon reste le même: des créatures mi-enfants mi-calamars s’affrontent avec des fusils à peinture. Ça paraît tout bête, et pourtant c’est diablement fun, efficace et addictif. Splatoon 2 est avant tout un jeu multijoueur mais Nintendo a tout fait pour le rendre le plus accessible possible. Et c’est réussi. Dans la prise en main et la jouabilité comme dans la facilité de lancer une partie en ligne avec des joueurs du monde entier, Splatoon 2 est un modèle du genre et s’adresse à tous les joueurs.

Pour cette suite, Nintendo avait promis un vrai mode solo. S’il est bien possible de vivre une aventure solo sympa avec des boss de fin de niveau mémorables, on regrettera néanmoins qu’elle soit aussi courte. La difficulté est au rendez-vous et il faudra parfois s’y prendre à plusieurs reprises avant de décrocher le fameux «poisson doré». Mais globalement, comptez seulement cinq petites heures pour le terminer. Néanmoins, ce mode «Héros» permet de se faire la main avec toutes les armes et il est une excellente mise en bouche avant de se lancer dans les parties en ligne.

Un jeu qui se déguste à plusieurs

Car, comme le premier épisode, Splatoon 2 se savoure essentiellement à plusieurs. Le mode de jeu principal est la «Guerre de territoire». Deux équipes de quatre joueurs s’affrontent et ont trois minutes pour faire en sorte que leur couleur recouvre la majorité de la carte. Impossible de choisir les maps, deux d’entre elles sont imposées aux joueurs et sont renouvelées toutes les deux heures. Après une dizaine d’heures de jeux, une fois que le joueur a atteint le niveau 10, il peut également participer aux matchs pro avec trois modes de jeu plus variés notamment un dans lequel il faut prendre le contrôle d’une plateforme mobile et empêcher l’équipe adverse d’y accéder. Splatoon 2 introduit aussi un mode coop, le Salmon Run, dans lequel quatre joueurs doivent résister à des vagues d’attaques de monstres poissons!

Notez tout de même que s’il est actuellement gratuit de jouer en ligne sur la Switch, ce ne sera bientôt plus le cas. En effet, d’ici 2018, Nintendo va suivre les traces de Sony et de Microsoft en rendant son online payant, au prix d’une vingtaine d’euros par an.

La personnalisation reste au cœur du jeu. L’argent virtuel gagné lors des parties permet d’accéder à un vaste catalogue d’armes et d’accessoires vestimentaires. Graphiquement, les différences avec la version Wii U sortie deux ans plus tôt sont minimes. Même s’il n’est pas le plus beau jeu de l’année, Splatoon 2 propose un univers coloré au style cartoon toujours aussi envoûtant et que ce soit sur la télé ou en mode portage, la magie opère. Le côté hybride de la Switch permet de jouer à plusieurs en mode local, mais jamais en écran partagé. Enfin, Nintendo met régulièrement le jeu à jour avec des nouvelles armes, des nouvelles cartes et l’organisation de festivals temporaires.

Le même en mieux, voici comment on peut qualifier Splatoon 2 par rapport au premier épisode. Fun, conviviale, accessible et coloré, Splatoon fait partie des meilleurs jeux de la Nintendo Switch.

 

REVIEW OVERVIEW
Splatoon 2
SHARE