La tendinite, première maladie professionnelle en Belgique

1655
Belga / A. Dehez

Les affections des tendons, dont la tendinite, sont les maladies professionnelles les plus souvent diagnostiquées en Belgique.

L’agence fédérale des risques professionnels, Fedris, a eu à traiter 9.672 premières demandes de reconnaissance de maladie professionnelle en 2016, contre 9.609 en 2015, soit une augmentation de 1%, ressort-il mardi de son rapport statistique pour l’année 2016. La tendinopathie, soit l’ensemble des pathologies qui entraînent la souffrance d’un tendon, est toujours la maladie pour laquelle les premières demandes sont les plus nombreuses, à savoir un peu plus de 30% (2.973 demandes).

La stabilité des reconnaissances

«La première tendance qui se détache est la stabilité des premières demandes de reconnaissance», pointe Fedris, organisme né de la fusion, en juillet de l’année dernière, du Fonds des accidents du travail (FAT) et du Fonds des maladies professionnelles (FMP).

Pour l’ensemble des demandes de reconnaissance, Fedris constate que 60% d’entre elles sont masculines dans le secteur privé et 60% sont féminines dans le secteur provincial et local (le secteur des soins de santé, dont le personnel féminin est majoritaire, y est davantage représenté, ndlr).

La procédure prévoit que le conseiller en prévention-médecin du travail qui constate une maladie professionnelle ou qui en est informé par un autre médecin en fait la déclaration auprès du médecin-inspecteur du travail de la Direction générale Contrôle du Bien-être au Travail et auprès du médecin-conseiller de l’Agence fédérale des risques professionnels (Fedris).

Le corps souffre

L’an dernier, les déclarations des médecins du travail s’élevaient au nombre de 2.237, soit légèrement moins par rapport à 2015. Plus de 60% d’entre elles concernaient des troubles musculo-squelettiques (tendinites, canal carpien, etc.). Les déclarations sont par ailleurs réparties équitablement entre les hommes et les femmes (1.126 hommes et 1.111 femmes), selon Fedris.

«Par ordre décroissant, le nombre de maladies pour lesquelles les demandes et les déclarations sont introduites sont: les tendinopathies des membres supérieurs, le canal carpien, les maladies du dos et les affections respiratoires», selon les données de Fedris.

L’année passée, le FMP a pris 3.100 décisions positives, à la suite de premières demandes.

Les décès en hausse

Au niveau des décès à la suite d’une maladie professionnelle, les demandes des ayants droit continuent à diminuer depuis 2013. Fedris en a ainsi reçu 1.107 en 2016, pour 1.431 en 2013, par exemple. «Les cas les plus fréquents concernent toujours la silicose et les maladies de l’amiante (91%). En 2016, le FMP a encore reconnu, dans 334 cas, le lien entre un décès d’une victime et sa maladie professionnelle.»

C’est la troisième fois en quatre ans que l’amiante constitue la première source de décès, relève Fedris.

SHARE