Cinq choses à savoir sur Dunkerque

1717
Ph. Warner Bros

On ne l’a pas encore vu donc promis : on ne ‘spoilera’ pas ! En attendant de découvrir ‘Dunkerque’, le nouveau film de Christopher Nolan (‘Inception’) qui débarque en salles demain (et dont vous pourrez lire la critique mardi prochain), on a voulu en savoir un peu plus sur les secrets de fabrication de ce nouvel opus très attendu.

  • Un film inspiré d’une histoire vraie

Dixième long-métrage du réalisateur de ‘Batman Begins’ et ‘Interstellar’, ‘Dunkerque’ relate un des événements majeurs de la Seconde Guerre Mondiale : l’évacuation de Dunkerque, aussi appelée Opération Dynamo. Le topo ? En mai 1940, le conflit entre les forces Alliées et le Troisième Reich d’Hitler est à ses débuts. Repoussées par les Allemands, les troupes britanniques battent en retraite vers le Nord de la France. A Dunkerque, dernier poste de combat avant la mer qui sépare la France de l’Angleterre, 400 000 soldats Britanniques, Français et Belges sont encerclés par l’ennemi. Leur seule solution ? Evacuer le gros des troupes vers l’Angleterre, où ils seront en sécurité. Le tout en se protégeant des tirs allemands qui arrivent par le ciel, la mer ou la terre.

Au terme d’un combat héroïque d’une dizaine de jours qui fera des milliers de pertes (soldats, avions, bateaux…), c’est plus de 300 000 hommes qui seront sauvés. Si c’est une victoire tactique pour les Allemands, ces derniers font une erreur stratégique en interrompant les combats : c’est cette pause qui permet aux Alliés de lancer l’évacuation, dont le succès sera vécu comme une grande victoire par la population. « L’opération Dynamo fut à la fois une victoire et une défaite, et c’est cette contradiction qui rend le sujet passionnant », expliquait Emma Thomas, productrice et compagne de Nolan, au magazine Première en mars dernier.

  • Un projet cinématographique sans précédent

Habitué des superproductions, le réalisateur de ‘Interstellar’ ajoute une nouvelle corde à son arc avec ce film de guerre qui, d’après tout ce qu’on a pu en lire, se veut une expérience épique et unique dans l’histoire du cinéma. Tourné en partie en pellicule 65mm, la grande majorité du film a été tournée en IMAX : un format de pellicule qui offre aux images la meilleure qualité et résolution, et qui nécessite une projection sur écran adapté (comme au Kinépolis). Un procédé impressionnant, mais cher et compliqué (les caméras IMAX sont lourdes et difficiles à manipuler), ce qui fait que ce format est plutôt utilisé dans des films courts, ou seulement quelques séquences dans des longs-métrages.

Nolan franchit ici donc un pas en proposant un film tourné quasiment à 70% dans ce format ! « Je veux que ce film soit une expérience de réalité virtuelle sans lunettes », a-t-il récemment déclaré. On ne peut donc que vous conseiller de tenter l’expérience immersive pour ce film qui veut nous mettre dans la peau et dans les bottes d’un soldat au cœur de la guerre.

  • Un casting de stars et de parfaits inconnus

Si l’on retrouve à l’affiche des visages familiers, Christopher Nolan a aussi mis un point d’honneur à caster des gens qui débutent au cinéma. Et fatalement, comme le film se passe en plein milieu des combats, c’est à 99% des hommes au casting. C’est ainsi qu’aux côtés de Tom Hardy (‘Mad Max Fury Road, ‘Inception’), Kenneth Branagh (‘Hamlet’, ‘Harry Potter et la chambre des secrets’) ou Cillian Murphy (‘Batman Begins’), on retrouve des petits jeunots prometteurs comme Aneurin Banard, Fionn Whitehead ou encore Barry Keoghan, remarqué au dernier Festival de Cannes dans ‘The Killing of a Sacred Deer’ face à Colin Farrell.

Mais ‘Dunkerque’ est aussi la première incursion au cinéma de Harry Styles, membre du célèbre boys-band One Direction, et qui vient par ailleurs de sortir son premier album solo (infatigable, ce petit). Nolan assure que Styles a passé les mêmes castings que tout le monde, et qu’il n’a pas été choisi pour sa célébrité. En tout cas c’est probablement le seul membre du casting pour lequel fans et paparazzis faisaient le pied de grue, de jour comme de nuit, devant l’hôtel où il résidait durant le tournage…

  • Un tournage impressionnant

Ce tournage justement, parlons-en : il débute en mai 2016 pour se finir en septembre de la même année. Nolan n’est pas du genre à reconstruire une fausse plage dunkerquoise dans des studios américains : c’est sur la même plage historique où a eu lieu l’opération Dynamo qu’il plante ses caméras IMAX pendant cinq semaines. Pour cette première étape du tournage, plus de 1500 figurants sont recrutés, et la production fait appel à un nombre impressionnant de vaisseaux et avions militaires, authentiques ou reconstitués (la – longue – liste est sur Wikipédia pour les curieux).

Les scènes navales sont ensuite filmées aux Pays-Bas, également avec une flotte saisissante composée de bombardiers et autres vaisseaux d’époque ou ‘maquillés’ pour y ressembler. Le tournage s’est ensuite achevé au Royaume-Uni (scènes ferroviaires, portuaires et aériennes) et aux Etats-Unis pour (quand même) quelques scènes de studio, comme celle à l’intérieur d’un destroyer reconstitué pour l’occasion. Ça c’est pour l’aspect pratique. Notons aussi qu’en amont, Nolan a été conseillé par Joshua Levine, dont le recueil de témoignages de vétérans sur l’Opération Dynamo a servi d’inspiration au film, et que certains de ces mêmes vétérans ont discuté avec Nolan et Levine pour les aider à être le plus fidèles possible à la réalité.

  • Des premiers retours très positifs

La première mondiale du film a eu lieu jeudi dernier à Londres en présence de l’équipe, qui a traversé la Manche ce week-end pour présenter le film à… Dunkerque bien sûr. Le film sort officiellement ce mercredi 19 juillet sur les écrans belges, et si la projection de presse n’a pas eu lieu à temps pour pouvoir vous en parler dans ces pages, les premiers retours circulent déjà sur internet et s’avèrent très positifs. Sur Twitter on parle d’une aventure « intense », divisée en trois axes (terre, air, mer) et proche du film muet, filmée de façon « sublime » et avec la dose nécessaire d’émotion et de suspense.  Cité sur le site de Independent, un  journaliste compare le film à un croisement entre ‘Inception’ et ‘Le Jour le plus long’. Christopher Nolan a placé comme toujours la barre très haut, et il semble qu’il ait atteint son but encore une fois : mêler avec brio film d’auteur et divertissement populaire. Il ne nous reste plus qu’à aller en salles pour en avoir le cœur net.

Découvrez la bande-annonce :

SOURCEElli Mastorou
SHARE