Bruxelles : une douche mobile va à la rencontre des sans-abri

9776
Ph. F. Acar

« Rolling douche », un service d’hygiène mobile, se déplace dans les rues de Bruxelles pour permettre aux sans-abri de se laver gratuitement. Le véhicule équipé de sanitaires décents est géré par des bénévoles et fonctionne depuis le début de l’année 2017. 

Au coeur de Bruxelles, à l’angle de la rue des Sols, près de la gare Centrale, se trouve une caravane stationnée. Il s’agit de « Rolling douche », le service d’hygiène mobile qui va à la rencontre des sans-abri pour leur offrir une douche gratuite. « On roule trois fois par semaine. On vient souvent rue des Sols ici le mercredi, à la gare du Midi le vendredi, et le lundi on circule en fonction des actualités », explique Pascal Biesemans, l’un des fondateurs de l’action.

Ph. F. Acar

L’espace à l’intérieur du mobil-home est assez restreint. Mais pour « Rolling douche », cela n’est pas un problème majeur. L’équipe a ses endroits stratégiques qui disposent d’un espace abrité où il y a possibilité d’improviser une terrasse. Les sans-abri sont alors invités à venir boire un café ou manger un bout.

« La douche n’est en fait qu’un prétexte pour faire du travail social », confie M. Biesemans. Créer un lien de confiance avec les personnes sans domicile et discuter avec elles, c’est ce qui constitue le véritable travail des initiateurs.

Ph. F. Acar

Lorsque toute une famille afghane se présente pour prendre une douche, l’équipe n’hésite pas un seul instant, elle accepte les deux parents et leurs cinq enfants. En discutant un peu avec le père de famille, les bénévoles se rendent comptent que les Afghans sont à la recherche d’un logement. Ensemble, ils tentent de trouver une solution et Pascal Biesemans s’empresse d’appeler un centre qui pourrait accueillir la famille pour la nuit.

Mike, 35 ans, lui, est un habitué du vendredi à la gare du Midi. « Je suis là depuis le début. J’étais le premier à prendre ma douche ici », raconte-t-il en buvant un café. Le jeune homme sans domicile fixe ère dans Bruxelles depuis 4 ans maintenant. Alors pour le sans-abri, toutes les occasions sont bonnes pour se changer les idées. Par exemple, le vendredi 14 juillet, il planifiait d’aller voir le feu d’artifice prévu à 23 heures près de l’Atomium.

BELGA PHOTO KRISTOF VAN ACCOM