Hanoï veut interdire les deux-roues motorisés

AFP

Mesure radicale au Vietnam pour lutter contre la pollution: les autorités ont annoncé leur volonté d’interdire les mobylettes et motos d’ici à 2030 à Hanoï.

Voici une nouvelle qui va faire tousser, dans une ville où l’essentiel du trafic se fait à deux-roues. Hanoï pourrait être interdite aux mobylettes et motos d’ici 2030. La ville est connue pour ses légions de mobylettes pétaradant aux feux rouges. Ici, l’engin fait office de voiture familiale (avec les enfants entassés entre les deux parents), dans une ville où les transports en commun sont peu développés.

AFP

Sur sept millions d’habitants à Hanoï, on comptabilise cinq millions de mobylettes ou motos, contre seulement 500.000 voitures. Les ventes de deux roues augmentent à un rythme «alarmant», s’alarme la municipalité de Hanoï. «Les bouchons et la pollution atmosphérique vont devenir un vrai problème si des mesures ne sont pas prises immédiatement», explique la municipalité.

 

Les réactions des Vietnamiens sont mitigées. «Cette idée est complètement folle. Les motos sont le meilleur moyen de transport à Hanoï. Je doute que les autorités puissent les remplacer avec des transports publics», explique Hoang Thuy Duong, une fonctionnaire qui se rend au travail en moto. D’autres, comme l’entrepreneur Bui Duc Tai, espèrent que les rues d’Hanoï soient un jour libérées de leur «odeur de carburant».

La construction d’un métro à Hanoï est retardée depuis des années, mais un lancement en 2018 est désormais évoqué.