Test de RiME : Un incroyable voyage sur PS4, Xbox One et PC

Depuis la diffusion de son premier trailer à la Gamescom 2013, RiME n’a cessé d’intriguer les joueurs. Après des années de développement, le jeu des Espagnols de Tequila Works est disponible et le voyage peut enfin commencer.

Dans RiME, vous incarnez un jeune garçon sans nom qui, après un naufrage, se réveille sur la plage d’une île mystérieuse. Le joueur est laissé à lui-même. Sans carte, explications ou objectifs, vous devez explorer l’île et comprendre par vous-même où les développeurs veulent vous emmener. Il faut partir à la découverte des lieux et se débrouiller pour avancer avec comme seuls indices une silhouette rouge au loin et un petit renard qui semblent vous indiquer le chemin à suivre.

Un mélange des genres

Jeu d’exploration, d’aventure et d’énigmes, RiME est un véritable mélange des genres, aussi bien dans son style que dans ses inspirations. Tantôt il fait penser à un dessin animé (Les Mystérieuses Citées d’Or), tantôt à la littérature (Le Petit Prince). Son esthétique rappelle des films du studio Ghibli et son concept d’autres jeux vidéo iconiques comme The Last Guardian, ICO ou Journey. RiME est un jeu aux multiples facettes.

Dès les premières minutes, il se passe quelque chose. RiME nous embarque dans un univers à la fois mystérieux et envoûtant. Même s’il ne parle pas et qu’on ne sait rien sur lui, la magie opère et on se prend rapidement d’affection pour le gamin qu’on dirige. Les émotions sont transmises par les graphismes, épurés, minimalistes et au style cartoon et surtout par la bande-son magistrale. Composée par David García Díaz, la musique vient sublimer le jeu.

À chacun son rythme

RiME ne permet pas de choisir le mode de difficulté. Tout le monde est logé à la même enseigne. Les actions à réaliser sont simples (se déplacer, sauter, déplacer certains objets et interagir avec certains éléments). Pour résoudre les énigmes et continuer d’avancer dans le jeu, il faut parfois se creuser les méninges. Il y a quelques passages un peu plus casse-tête, mais il n’y a rien d’insurmontable même pour les joueurs peu habitués à ce style de jeu. À vrai dire, tout se fait très naturellement. Chaque joueur peut avancer à son propre rythme. Les habitués du genre pourront le terminer en cinq heures. Ceux qui veulent en profiter et prendre leur temps mettront sept ou huit heures. Enfin, les joueurs atteints de collectionnite aiguë qui voudront terminer le jeu à 100% et découvrir tous les secrets du jeu mettront sans doute plus dix heures.

Pour un jeu indépendant, c’est presque trop beau pour être vrai. On se met à chercher la petite bête et à se dire qu’il y a bien quelque chose qui cloche quelque part. Mais plus les heures passent, plus on se demande où sont les défauts de RiME. Le jeu aurait pu connaître des bugs, des problèmes de caméra ou des défauts dans la jouabilité, mais rien de tout ça. Il aurait pu être trop court, mais là encore, il n’en est rien puisque RiME propose une étonnante durée de vie pour un jeu indé proposé à 35 €. Au final, RiME offre une véritable parenthèse enchantée dans la morosité ambiante.

REVIEW OVERVIEW
RiME