« Wonder Woman » : la transformation physique de Gal Gadot

6579
Ph. Warner Bros.

«Wonder Woman» cartonne au box-office américain. Le magazine People révèle que l’actrice israélienne Gal Gadot a dû prendre plus de 8 kg pour son rôle.

Pour incarner «Wonder Woman», Gal Gadot a dû suivre un entraînement physique intensif. Durant six mois, elle a changé son régime alimentaire et travaillé six heures par jour pour se muscler.

L’actrice avait déjà commencé à s’entraîner avec le formateur Mark Twight pour le film «Batman v Superman». À l’époque, «son coude était la partie la plus épaisse de son bras», confie-t-il à Vanity Fair.

« Je me sens tellement mieux maintenant »

AFP PHOTO / MARTIN BERNETTI

«Depuis que j’ai commencé ma formation, j’ai gagné environ 8,5 kg. Et tout est musculaire», a déclaré Gal Gadot, 32 ans, à Glamour. «Je me sens tellement mieux maintenant. Lorsque vous vous sentez fort, cela change tout: votre position, votre façon de marcher. En regardant les photos d’il y a cinq ans, je me dis: ‘Whoa, j’étais trop maigre. Ce n’est pas cool’.»

La transformation n’a pas été facile. Mark Twight a déclaré à Muscle & Fitness que l’actrice ne pouvait pas faire une seule traction quand il a commencé à travailler avec elle. Maintenant, elle peut exécuter des séances d’entraînement avancées de 45 minutes, comprenant de l’aviron, du rameur, des tractions, des flexions, etc.

Mise à part la musculation, l’actrice a également suivi des cours d’équitation et de chorégraphies de combat à l’épée.

 

Enceinte lors des reshoots

Il arrive souvent que les acteurs soient rappelés quelques semaines voire quelques mois après le tournage pour retourner certaines scènes. Enceinte de cinq mois, Gal Gadot n’y a pas échappé et a dû revenir sur le plateau.

«Elle était enceinte durant une partie du film, en costume dehors dans le froid dans certaines scènes», explique la réalisatrice Patty Jenkins au magazine Premiere. «Elle ne pouvait pas faire de grandes performances physiques mais elle a donné tout ce qu’elle avait», ajoute le producteur du film, Chuck Roven.