Des éoliennes pour faire rouler les trains

2102
BELGA / ERIC LALMAND

Le parc éolien Greensky alimente le réseau ferré belge. Grâce aux neuf éoliennes inaugurées hier, c’est désormais plus de 8% du réseau ferroviaire belge qui fonctionnent aux énergies renouvelables. 

Infrabel et Engie Electrabel ont inauguré neuf nouvelles éoliennes installées le long de la E40 et de la ligne à grande vitesse Louvain-Liège. Elles viennent s’ajouter aux sept mâts déjà installés. Ensemble, ils disposent d’une capacité de production de 32 MW. L’électricité produite alimentera 26.000 ménages, et le reste sera réinjecté dans le réseau d’Infrabel. Cela permettra de faire rouler 170 trains par jour, soit quelque 60.000 par an.

Le ministre de la mobilité, François Bellot (MR), qualifie ces trains de «trains à voile». Il y voit un outil important, tant pour relever le défi de la mobilité que celui de contenir le changement climatique. «Alors que Donald Trump vient de retirer son pays de l’accord de Paris, il est primordial de renouveler notre engagement à lutter contre le changement climatique», souligne le ministre. Alimenter le réseau ferroviaire y contribue doublement. «Avec le train, nous offrons une alternative à la voiture, ce qui est une première façon de limiter nos émissions de CO2. Et en plus, ce train roule grâce à une énergie propre. On est deux fois gagnant», se félicite-t-il.

Infrabel cherche des énergies renouvelables

Chaque année, Infrabel consomme 1.200 GW/h d’électricité. Les 16 éoliennes du parc Greensky en fournissent 94.000. À Anvers, le «tunnel solaire» produit 3,6 GW/h. En comptant d’autres projets de moindre envergure, 8,2% de l’électricité utilisée par Infrabel pour faire rouler les trains provient d’énergies renouvelables.

À Lincent, le parc éolien à l’avantage d’être situé près d’une cabine de traction d’Infrabel (qui convertit le courant électrique pour le réseau ferroviaire). Cette proximité, qui facilite la connexion, a convaincu Infrabel de se lancer dans le projet. «Nous cherchons d’autres sites potentiellement intéressants pour le développement d’énergies renouvelables, à proximité de notre réseau», explique Frédéric Petit, porte-parole d’Infrabel. Un projet de panneaux solaires est ainsi à l’étude dans la région de Bierbeek, près de Louvain.