Bruxelles: Une production de champignons à base de drêches de bière

4382
Ph. D.R

Une jeune coopérative bruxelloise se lance dans un projet d’économie circulaire inédit: produire des champignons de Bruxelles à partir de drêches de bière.

« Un savoir faire brusseleir » au service de l’économie circulaire voici l’idée de la coopérative « Le champignon de Bruxelles », fondée par trois jeunes Bruxellois qui souhaitent produire des shiitakes dans les caves de Cureghem.

More than a century ago in Cureghem. We are bringing agriculture back in town! #Brussels #anderlecht #mushrooms

Une publication partagée par Le Champignon De Bruxelles (@lechampignondebruxelles) le

Une seconde vie

C’est en partant du constat que sur les milliers d’hectolitres de bières brassées seuls 10% des ingrédients utilisés terminent dans notre verre, que la coopérative « Le champignon de Bruxelles » a basé son projet. Sevan Holemans et Hadrien Velge, deux économistes de formation et Thibault Fastenakels, un bio-ingénieur, souhaitent donner une seconde vie aux tonnes de matières organiques encore inexploitées lors du brassage des céréales comme l’orge.

Ph. D.R

Un projet rendu possible grâce au financement obtenu lors de l’appel à projet « Be circular-be brussels » en collaboration avec Brussels Beer Projetct,Vert d’iris international et la ferme Nos Pilifs.

Phase de test

Habituellement utilisées pour nourrir le bétail, les drêches de bière peuvent également être fermentées (comme c’est le cas pour le Brussels Beer Project) ou encore incinérées. A travers ce projet, elles seront récoltées afin de produire du substrat au sein des caves de Cureghem permettant la pousse de Shiitakes, un champignon du sud-est de l’Asie connu pour ses propriétés anti-oxydantes, anti-tumorales et antimicrobiennes.

Actuellement en phase d’élaboration, ce dernier devrait voir le jour à grande échelle en septembre prochain avec le lancement de la production de deux autres champignons supplémentaires, le Nameko et le Maitake. A terme, ce seront donc 150 kilos de drêches de bière qui seront récoltés par jour et ce quatre fois par semaine.

Champignon sur substrat

En attendant l’installation des machines permettant la transformation de la drêche, la coopérative s’est déjà lancée dans la production de shiitakes sur substrat composé de sciure de bois. Des champignons qui sont actuellement vendus dans les épiceries et magasins bruxellois comme le BelgoMarkt ou Färm, entre autre, comme nous l’explique Camille Séon qui coordonne le projet « Fermons la boucle des drêches bruxelloises » dans le cadre du Programme d’Economie Circulaire.

Hurry up! Le marché des Tanneurs a réouvert! Venez y retrouver nos délicieux shiitakes!

Une publication partagée par Le Champignon De Bruxelles (@lechampignondebruxelles) le

Un substrat qui retrouve également une seconde vie en compost dans le sol de de deux fermes partenaires ou encore sur internet sous forme d’un « kit de shieteke » permettant de faire pousser 300 à 600g de shiitakes chez soi.

Ph. Nowaste.be

Une manière de « produire une alimentation saine en ville, en revalorisant nos ressources organiques », comme l’explique la coopérative qui souhaite également, dès l’été prochain, proposer des visites pédagogiques de sa ferm souterraine aux caves de Cureghem.

 

 

Un beau marche à Grand Place. #lechampignondebruxelles #brussels #shiitakes #circulareconomy #mushrooms

Une publication partagée par Le Champignon De Bruxelles (@lechampignondebruxelles) le

SHARE