Corée du Sud: l’injustement mal-aimée

477

À l’exception du conflit avec la Corée du Nord, des téléphones inflammables et des problèmes à la présidence du pays, la Corée du Sud ne suscite pas grand intérêt. C’est lié à son histoire –les interventions étrangères ont rarement eu des conséquences positives sur cette captivante péninsule. Mais les Coréens rejettent de plus en plus ce carcan et accueillent les visiteurs à bras ouverts.

Une infatigable métropole

Séoul est souvent la seule et unique destination de la plupart des touristes qui se rendent dans la République de Corée. Il n’y a rien d’étonnant à cela, car si vous grimpez en haut du Namsan qui se dresse au beau milieu de la ville, vous découvrez une infinité de gratte-ciel et d’immeubles résidentiels. Près de la moitié des 51 millions de Coréens du Sud habitent dans ou autour de la métropole. Rien de plus logique dès lors qu’il y règne une animation incessante. Faire du shopping dans le fameux Gangnam, flâner le long des petites galeries et boutiques d’Insadong, faire la fête dans le quartier branché de Hongdae…, à l’exception des excellents transports en commun, on dirait qu’à Séoul tout tourne non-stop!
Et même si vous êtes un peu fatigué des temps modernes, vous y trouvez votre bonheur. Revenez à l’époque de la dynastie Joseon (1392 – 1897) le temps d’une visite des cinq palais séculaires ou du village traditionnel de Bukchon.
Séoul est enfin aussi le point de départ idéal pour une excursion d’une journée dans la DMZ, la zone démilitarisée. Le 38e degré de latitude est probablement un des pièges à touristes les plus fascinants au monde. Vous pouvez y jeter un regard unique sur la Corée du Nord, mais aussi sur des échoppes vendant des mugs affichant «I Love DMZ»!

Tradition et nature

Sillonner la Corée est facile, confortable et relativement bon marché grâce au vaste réseau de bus. Et même si la fulgurante ascension économique a eu des conséquences dans tout le pays, les régions rurales ont gardé leur caractère authentique. Il y a de plus de fortes chances que les gens s’adressent spontanément à vous par curiosité ou pour exercer leur anglais.
Jeonju se situe à trois petites heures de Séoul. Ce village traditionnel attire le week-end des hordes de Coréens en habits traditionnels. Mais Jeonju s’enorgueillit surtout de préparer les meilleurs plats du pays. Le bibimbap (un plat à base de riz, de légumes, d’œufs et accompagné de nombreuses garnitures) n’est préparé nulle part ailleurs avec autant de soin.
Si vous cherchez la détente et l’histoire, vous les trouverez à Gyeongju. L’ancienne capitale du royaume de Silla (57 av. J.-C. – 935) contraste fortement avec le reste du pays grâce à la limitation de la hauteur des bâtiments qui y est en vigueur. Des tumuli funéraires en majorité intacts au magnifique temple Bulguksa en passant par le musée local, tout rappelle ici le royaume qui a été le premier à unifier la péninsule coréenne.

Des milliers d’îles

La côte méridionale de la Corée est parsemée d’îles d’un vert émeraude. Au départ de Busan, la deuxième ville du pays, vous accédez facilement à Tongyeong, Geoje ou Yeosu. Ces communes pittoresques constituent le point de chute idéal pour sauter d’une île à l’autre et elles sont très nombreuses.
Si vous voulez découvrir un paysage totalement différent, prenez l’avion ou le ferry en direction du Jeju. Ce volcan éteint présente un mix unique de champs verts et de côtes inhospitalières avec des palmiers, des plages de sable et des plantations de mandarines. Ce paysage culmine avec l’Ilchulbong, un cratère volcanique offrant une vue magnifique sur le soleil levant. Juste à côté du cratère, vous pouvez en outre voir les haenyeo à l’œuvre. Ces vaillantes mamies plongent deux fois par jour pour récolter des coquillages et des crustacés, sans le moindre équipement moderne. La tradition remonte au XIXe siècle après un étonnant échange des tâches. Comme le travail des femmes ne pouvait pas être taxé, ces dames sont allées à la pêche tandis que les hommes se chargeaient des tâches ménagères.
Jeju abrite aussi le toit de la Corée du Sud: le mont Hallasan. Les éprouvants sentiers de randonnée montant à 1.950 mètres au-dessus du niveau de la mer sont extrêmement populaires, tant chez les jeunes que chez les plus âgés. La route vers le sommet ne se conçoit pratiquement pas sans un senior qui vous dépasse!

Conseils de survie

• Bien que les Coréens soient généralement fort serviables, leur connaissance de l’anglais n’est pas toujours très bonne. Apprendre quelques mots de coréen n’est pas seulement pratique, cela vous fait aussi gagner des points auprès de la population locale.
• Emportez de bonnes chaussures de marche. Toute la péninsule est vallonnée et les plus beaux endroits se cachent derrière des sentiers escarpés!
• La Corée du Sud a des saisons différenciées comme en Belgique, mais les températures sont un peu plus extrêmes et l’été est très humide. Le printemps et l’automne sont les meilleures périodes pour des vacances confortables.
• «Quel âge avez-vous?» ou «En quoi consiste votre travail?» sont des questions banales en Corée du Sud. Elles déterminent en partie les règles de courtoisie. Une personne plus âgée par exemple est traitée avec plus de respect, même si les touristes sont généralement considérés à part.
• Les repas sont rarement végétariens et souvent piquants. Le bibimbap est l’exception variée et délicieuse qui confirme la règle.
• Beaucoup de restaurants ne peuvent ou ne veulent pas servir de repas pour une seule personne. Un compagnon de voyage ou un partenaire de table est donc un must.

SOURCERédaction en ligne
SHARE