Première année satisfaisante pour Izy, le Thalys low-cost

Thalys Izy

Lancée il y a un an, l’offre low-cost de Thalys a séduit une nouvelle clientèle. Le service sera renforcé cet été.

«Les signaux sont au vert.» Les responsables de Thalys se disent tout à fait satisfaits du lancement de l’offre low-cost Izy. Sur la première année de service, Izy a transporté 400.000 voyageurs, avec un taux de satisfaction de 80%. Surtout, les prix pratiqués (accessible dès 10 € par trajet) ont permis d’attirer une clientèle qui se serait tournée vers la route (voiture individuelle, covoiturage, bus).

 

«Les chiffres reflètent, mieux que les mots, le besoin auquel nous avons répondu en lançant Izy», reprend Agnès Ogier, Ceo de Thalys. «Sans lui, 60% de ses voyageurs n’auraient pas pris le train. La moitié n’aurait pas voyagé du tout, l’autre moitié aurait pris le car ou la voiture, avec un bilan carbone jusqu’à huit fois plus élevé

Renforcement des capacités Izy

L’offre va être étendue cet été. Il s’agit d’augmenter le nombre de places disponibles et de limiter les coûts. Des trains circuleront en rames doubles, afin d’augmenter la capacité (+6%) et de diminuer les couts de péages, qui représentent 30% des couts d’exploitation. Du fait de ces trains plus long, le nombre de départ pourrait toutefois être diminué. Afin de «favoriser les petit prix», les sièges de premier classe seront accessible au tarif seconde classe lorsque celle-ci affiche complète.

 

Les bases du modèle Izy, lancé il y a un an, seront en revanche maintenues : les trains verts continueront d’utiliser en France les lignes classiques, et non la ligne à grande vitesse, afin de limiter les coûts. Cela se traduit par un temps de trajet un peu plus long, en moyenne 2h10, contre 1h22 en Thalys. A bord, le service reste limité, puisque le train ne dispose pas de bar. Toujours dans la logique de limiter les coûts, la distribution des billets continuera à se faire uniquement en ligne.